De l’huile d’arnica aux bananes

Trop danser, c’est possible, mes chevilles en sont témoin.

Il y a deux semaines, une petite douleur faisait son nid au creux de mes articulations pendant que ces dernières étaient occupées sur la piste de danse. Si petite que j’y ai à peine prêté attention. En fait, il est probable que ça faisait une ou deux semaines qu’elle avait réservé sa place par l’intermédiaire de l’agence Usure&Co. Le samedi suivant, la douleur installait son mobilier dans son nouveau chez elle, forcément, elle prenait plus de place. Il fallait donc que je prenne des mesures pour lui faire vider les lieux, à commencer par une pause de danse quasi-complète pour un temps raisonnable. Mon corps avait (a encore) besoin de repos.

C’est drôle, parce que depuis que j’ai mal aux chevilles, tout le monde y va de son conseil. La fin de semaine même « Mets de l’huile d’arnica » et « met de l’onguant » (Icyhot, crème analgésique extraforte, pour ceux qui se posent la question) venaient l’un à la suite de l’autre, à peu d’intervale de temps. L’icyhot était disponible tout de suite, mais il a fallu attendre pour l’huile d’arnica. C’est que non seulement ça ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval, mais aller à la pharmacie n’est même pas suffisant; on n’en trouve à Montréal (à ma connaissance) que dans un magasin spécialisé, la Massagerie (je vous laisse deviner dans quel domaine ce magasin est spécialisé). Depuis, mes chevilles sentent tout à tour l’arnica et le icyhot*.

Et puis pas longtemps après, une autre recommandation est arrivée à ma mère via MSN. «Met souvent de la glace», faisait dire Tite-Soeur depuis son lointain repère Étasunien. Mais, précisa moman plus tard, «jamais plus de cinq minutes» parce que faire de l’hypothermie n’est pas bon pour la santé. Sur le moment je n’avais que des gros icepacks chez moi, dont la forme gigantesques s’adaptait mal à ma cheville. J’ai plutôt utilisé un petit pot de nutella (que je venais de vider et laver) rempli d’eau, mis au congélateur; ma coloc s’est bien demandé pourquoi il y avait un pot de nutella plein de glace, mais sans être idéal, ça se pose mieux sur la cheville que des icepacks. Quelques jours plus tard, mes parents démontraient à nouveau le sens du terme « réseau d’entraide familiale » en me prêtant des compresses plus adaptées à la tâche, à mettre au congélateur quand elles ne sont pas sur ma cheville. Là, ma coloc se pose moins de questions.

Ça ne se termine pas là. Dans l’ordre et de trois personnes différentes, j’ai eu droit à « va te faire masser », « fais attention, faut pas masser n’importe comment » et « vaut peut-être mieux pas masser ».

Il y a aussi eu « (insérer le nom d’un produit homéopathique que j’ai oublié), c’est parfait pour toi. En plus, j’ai vérifié, ta coloc en a ».

De quelques personnes différentes: « va voir un ostéopathe » ou « un kino ». (l’ostéopathe, j’y pense, j’y pense…)

Et hier: « Une banane par jour. » ah bon? « ça contient du potassium et c’est bon pour les douleurs musculaires ». Après tout, ça ne peut pas faire de mal et j’ai pas beaucoup mangé de bananes ces derniers temps. J’ai acheté quelques bananes aujourd’hui… pour me rendre compte que mes colocs en ont aussi acheté plein de leur côté. Une banane par jour qu’on m’avait dit? Je devrais en avoir pour deux semaines…

C’est sans doute pas fini. Demain j’ai mon cours de WCS III et, bien que la douleur se calme, je compte bien en discuter avec un prof. D’autres conseils en perspectives à rajouter à ma collection. Qui sait, vous en avez peut-être à proposer?

*pour ceux qui se posent la question, le icyhot sent… euh… une odeur qui m’est familière mais que je n’arrive pas à nommer; quelque chose qui rappelle une odeur de bonbon d’un côté, de l’autre ça a un petit côté asceptisé, comme proche de la pâte à dent. Pas une mauvaise odeur, mais forte, et dont je commence à me lasser. L’huile d’arnica sent les épices; quelque chose de plutôt musqué qui entretient un lointain cousinage avec la canelle ou le cou de girofle. 

Publicités

Étiquettes : ,

Une Réponse to “De l’huile d’arnica aux bananes”

  1. Expérimentation culinaire « Temps et fiction Says:

    […] l’origine, le fait que je sois dans une période de consommation de bananes. Il m’est venu à l’esprit que tout ingrédient pouvait être cuit, et je me suis […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :