Le droit de critiquer

Ce billet aurait pu s’intituler « le con du jour ». Le récipiendaire du titre se nomme Jason Kenney, obscur ministre conservateur dont j’entends parler pour la première fois aujourd’hui. C’est le secrétaire d’état au multiculturalisme. Monsieur Kenney accuse le Bloc Québécois d’être le parti de l’intolérance. Rien de neuf sous le soleil, diront les commentateurs de la scène politique. Parce que c’est un parti nationaliste et parce que ça cadre bien avec la mode du Quebec bashing au Canada anglais qui aime voir dans les Québécois un peuple raciste, les accusations d’intolérances sont monnaie courante tant contre le Bloc Québécois (au fédéral) et le Parti Québécois (au provincial). Rien de surprenant que ça apparaisse à nouveau dans le discours de leurs adversaires en cette période électorale, les élections ayant généralement sur les insultes le même effet fertilisant que le fumier sur les mauvaises herbes. On pourrait longuement observer que l’électorat le plus intolérant au Québec voterait plutôt ADQ au provincial et… conservateur au fédéral, mais passons.

Le principal exemple concret offert par Kenney, par contre, a de quoi surprendre: les critiques de Gilles Duceppe contre l’Opus Dei, auquel appartient une candidate conservatrice, seraient à classer dans l’intolérance religieuse. Quoi? critiquer une vision particulière et particulièrement réactionnaire de la religion (une religion à laquelle, de surcroît, appartiennent -théoriquement- la majorité des Québécois) ce serait de l’intolérance? critiquer une institution qui allie le secret sur son fonctionnement avec la volonté d’influencer la société, ce serait de l’intolérance? autant enterrer tout de suite la liberté d’expression, quant à ça. Rappelons que l’Opus Dei n’est pas une religion, seulement un groupe religieux institutionalisé.

Qu’une affirmation aussi grotesque vienne en plus du secrétaire d’état au multiculturalisme a de quoi inquiéter. Cet homme ne semble pas être capable de faire l’élémentaire distinction entre Opus Dei et catholicisme, entre grande religion et activisme religieux, entre critique et intolérance. Cet homme semble considérer que l’acceptation bonnasse de l’extrémisme religieux est non seulement faire preuve de tolérance religieuse, mais est un enrichissement pour notre belle société multiculturelle. Je m’inquiète.

Monsieur Kenney, si par hasard vous deviez passer sur ce blog, sachez que je suis un défenseur de la diversité, comme vous, mais que la diversité que je défends n’est pas la vôtre.

J’espère que les tenants de la laïcité et les adversaires de l’extrémismes religieux voteront contre lui.

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :