Nous sommes tous morts

Et Patrick aussi. C’est le verdict qui tombe dans les premiers instants du spectacle. Et comme la mort est inséparable de sa soeur jumelle, ledit spectacle s’intitule « La Vie ». Spectacle à l’esthétique surréaliste et crue, où les personnages comme les spectateurs sont présentés comme des âmes errant dans le Purgatoire. À chaque âme son numéro, distribué à l’entrée: à chaque époque son au-delà, le nôtre est nécessairement bureaucratique, doublé, parce que la mort est un voyage, des apparences d’une compagnie aérienne.

Le Purgatoire a son maître de cérémonie, fendant, distingué et impertinent. Il a son hôtesse fantasmable et fantasmant. Ses différentes âmes mortes de toutes sortes de façons. Parmi lesquels Patrick, qu’on suit à travers sa découverte de la mort. Le tout suffit à créer une trame pour lier ensemble les numéros. L’histoire est accrocheuse et bien interprétée. Même au coeur des performances, on n’oublie jamais les personnages derrière les performances, ils s’enrichissent les uns les autres. Et les performances sont impressionnantes. Équilibre (les jambes « cassées »), contorsion (en camisole de force), diabolo, main à main doublé de tango, tissus (pour s’évader), trapèze, chaînes, clins d’oeils divers, et j’en oublie. Émerveillant.

C’est un Purgatoire montréalais, il est bilingue. On passe d’une langue à l’autre selon les numéros, avec un passage en espagnol pour un passage aux saveurs de flamenco (j’ai été l’un des seuls à rire des blagues de ce passage).

Ce n’est pas un Purgatoire pour enfants. Il est cru: il est sexe, mort violente, folie. Il est aussi très drôle, mais c’est définitivement un humour adulte.

Et comme la mort, il est très accessible pour tous les publics*.

La Vie, des 7 doigts de la main, est probablement le meilleur spectacle de cirque que j’ai vu.

Délectez-vous, c’est vivifiant.

Teaser

*sauf pour les enfants et les Conservateurs. Eux ils peuvent mourir, mais on les amène ailleurs.

Publicités

Étiquettes : , , ,

2 Réponses to “Nous sommes tous morts”

  1. Sept doigts et bien des folies « Temps et fiction Says:

    […] et insérés dans le fil conducteur. Au niveau de la narration, Psy se situe à quelque part entre La Vie et Traces, ce dernier misant davantage sur une ambiance impressionniste tandis que La Vie est plus […]

  2. La Vie en espagnol « Temps et fiction Says:

    […] l’avais déjà vu et l’avais déjà commenté. En deux ans, il est probable que le spectacle ait connu des ajustements, mais ils sont globalement […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :