Une histoire trop souvent racontée (suite et fin)

J’avais l’intention de laisser passer un ou deux jours, mais comme internet me joue des tours en ce moment, je profite de mon passage à la BLSH pour livrer les huit pages et presque 2000 mots restant à cette nouvelle. Si vous n’avez pas lu la première partie, c’est par ici. Je rappelle qu’elle a été publiée dans le Solaris 145 au printemps 2003. Merci en passant aux gens de Solaris qui ont travaillé à la publication, en particulier Élizabeth Vonarburg et Joël Champetier.

J’ai alors pris conscience du vieil homme qui, assis devant moi, m’écoutait en silence. Le fait de lui avoir raconté un meurtre m’inquiétait peu, car il n’avait aucunement l’air horrifié par mon récit, et je ne m’attendais pas à être dénoncé sur la foi de cette absurde histoire. Ce qui en revanche me préoccupait, c’était le brusque souvenir de certaines paroles de l’homme de mon histoire. J’ai jeté quelques coups d’oeil craintifs autour de moi. Comme s’il comprenait l’inquiétude qui m’agitait, le vieil homme a souri:

— Il n’y a personne autour de nous. Il n’est pas là et il n’a pas pu surprendre notre conversation.

Ces paroles ne m’ont rassuré qu’à moitié.

— Cet anneau, vous l’avez toujours? a-t-il demandé.

J’ai tendu le poing, le mettant bien en évidence.

— Il me rappelle sans cesse que ce n’était pas un cauchemar.

Il a tendu la main vers l’anneau:

— Je peux?

Je l’ai enlevé et le lui ai tendu. Il l’a examiné avec une curiosité qui m’a alerté. J’ai attentivement scruté les traits de son visage.

— Vous êtes un sacré menteur, hein? dis-je après un moment.

Il me dévisagea avec perplexité.

— Ou bien vous le serez, ou l’avez été, ai-je poursuivi. Vous n’avez pas surpris cette conversation d’une table voisine, je vous l’ai tout bonnement racontée!

Il sourit.

— Mais non, je vous assure. D’ailleurs, regardez.

Il passa l’anneau à son doigt

— Il me va parfaitement. Mes doigts ne sont pas trop gros pour que je le mette.

Après me l’avoir rendu, il s’est levé.

— Il ne me reste plus qu’à vous dire au revoir et vous remercier, me dit-il.

Pourquoi?

Eh bien pour votre histoire.

Il a de nouveau souri, puis il est parti. Un étrange pressentiment emplissait mon esprit.

Le faisant taire, je me suis levé pour aller me coucher. Cette histoire obsédante m’a gâché le sommeil. En imagination, je ressassais ma conversation avec le vieil homme. J’imaginais l’ermite nous écoutant de la table voisine, puis me souvenais qu’il n’y était pas, puis l’y imaginais à nouveau. C’est dans cet état que j’ai glissé dans le pays des rêves. J’ai très mal dormi cette nuit-là.

C’est environ une année plus tard, dans une librairie, que j’ai reconnu le visage de mon interlocuteur de l’auberge au dos d’un recueil de nouvelles de science-fiction fraîchement paru. Je ne suis d’ordinaire pas friand de ce genre de littérature, mais je l’ai acheté néanmoins. Je l’ai feuilleté dès que j’arrivais chez moi, avec assez peu d’intérêt jusqu’à ce que je parvienne à une nouvelle intitulée “La Prémonition”…

#

[…] Depuis que j’ai commencé cette vie d’ermite, je rêve souvent. Comme si, vivant dans la plus absolue solitude, mon imagination donnait forme au monde pour me tenir compagnie. C’est probablement plus compliqué que cela, mais je serais incapable de l’expliquer. Au début, je n’avais pas de mal à différencier la réalité de mes rêves. Mais, petit à petit, ils ont commencé à se confondre. Je réalisais que faire la part des choses avait moins d’importance puisque je n’avais plus à me montrer cohérent avec personne. Je ne m’endormais plus, je ne me réveillais plus – ou du moins je n’en avais pas conscience – je rêvais éveillé. Comme je ne cessais de rêver, l’impossible me surprenait moins. Je fus donc peu étonné un jour de trouver une auberge dans la forêt, d’autant que cette auberge me rappelait celle où j’aimais séjourner de temps à autre dans mes jeunes années. J’y entrai, sans doute par nostalgie. L’intérieur était presque vide à l’exception d’une table où discutaient deux hommes, l’un d’un physique quelconque, l’autre aux cheveux poivre et sel. Je m’assis à une table voisine, ne sachant trop quoi faire. L’homme au physique quelconque racontait une histoire. “J’aime le froid, avait-il commencé. Je ne sais pas pourquoi, cela me fait sentir plus vivant, plus vif.”

[Suivaient dans le texte les détails du récit que j’avais fait au vieil homme.]

Il me semblait que ce récit était celui de ma propre mort, mais les descriptions faites par le conteur étaient si floues qu’il m’était impossible d’affirmer que l’ermite de son histoire était bien moi. J’étais si fasciné que chaque mot se gravait profondément dans ma mémoire.

Lorsque le récit fut terminé, le vieil homme demanda au conteur s’il pouvait voir l’anneau d’argent.

« Le voilà, fit l’autre en le sortant de sa poche pour le lui montrer. Il me rappelle sans cesse que ce n’était pas un cauchemar. Je me demande d’ailleurs pourquoi il me l’a donné, il est trop grand pour mes doigts. Je ne peux pas le porter.

«Je peux?» fit le vieil homme en tendant la main.

L’homme qui venait de raconter l’histoire lui donna l‘anneau, tout en scrutant attentivement son interlocuteur.

« C’est vous, n’est-ce pas? lui demanda-t-il. L’homme de mon histoire, je veux dire.»

L’autre sourit.

« Mais non, je vous assure. D’ailleurs, regardez» et il passa l’anneau à son doigt « non seulement il n’est pas trop petit pour moi, mais encore il est trop gros.»

Il se retourna vers moi en me lançant l’anneau.

« Et vous, monsieur, il vous va?»

Surpris, je réagis un peu gauchement, et l’anneau me heurta les jointures, me faisant légèrement mal. Ce ne fut pas sans m’étonner: je ne rêvais donc pas?

Anxieux, je ramassai l’anneau. Je tentai nerveusement de le passer à mon doigt. D’après le récit que je venais d’entendre, l’homme qui s’était fait tuer avait des doigts trop gros pour mettre l’anneau.

« Il me va parfaitement.» annonçai-je, non sans un certain soulagement.

Le conteur haussa les épaules.

« S’il vous va, gardez-le, dit-il. Pour vous, au pire, c’est un souvenir d’une histoire bizarre. Pour moi, c’est le rappel d’une aventure que je ne serais pas fâché d’oublier.»

Je ne dis mot. Il dût en conclure que je consentais. Ils se levèrent, me saluèrent et partirent. Je ne tardai pas à les imiter.

Je rentrai chez moi, troublé par cette histoire. Je mis l’anneau dans un tiroir, ne tenant pas trop à le voir. Je savais que je n’avais pas rêvé cette mésaventure. Pourtant, tout y tenait du rêve, et en premier lieu l’emplacement absurde de cette auberge. Je méditai longuement le problème, puis, la vie allant son train, je finis par reléguer cette histoire dans un coin reculé de ma mémoire.

Et un jour, j’ouvris la porte de ma maison à un skieur égaré. Son visage m’était familier. Tout me revint à la mémoire alors que je lui servais un bol de soupe chaude.

« C’est rare que des gens passent par ici, remarquai-je alors. Si je mourais, il faudrait des mois avant qu’on trouve mon cadavre. Peut-être même des années. »

Je ne comprenais toujours pas ce qui était arrivé ce jour-là. Cet homme le savait sans doute, s’il était bien le conteur. Il pourrait m’expliquer. Mais il ne semblait pas se souvenir de moi.

« Vous êtes venu au nord faire du ski? » demandai-je.

« Oui. »

« Voilà qui me rappelle une histoire que j’ai entendue.»

Mes sous-entendus ne semblaient rien évoquer pour lui. Je me souvins de l’anneau. J’allai le chercher dans le tiroir, et le lui montrai.

« Il ne doit pas vous aller» remarqua-t-il en regardant mes mains.

Je baissai les yeux. C’était vrai. J’étais certain qu’il m’allait lorsque je l’avais reçu, mais à l’évidence mes doigts étaient beaucoup trop gros pour y passer ce petit anneau. Mes mains avaient donc la taille de celles de l’homme qui s’était fait tuer dans l’histoire, réalisai-je avec horreur. L’autre m’avait-il fait cette remarque innocemment? Je me méfiais. Je souris pour cacher mon angoisse.

« Vous avez raison, répondis-je. Je ne sais même pas pourquoi je l’ai. Il est à vous.»

Et je le lui rendis. Il hésita un peu, puis le prit après que j’aie insisté.

« Comme vous l’avez dit vous-même, je ne peux pas le mettre» ai-je ajouté.

Il semblait toujours ne pas comprendre. Était-il possible que je me trompe? Je devais en avoir le coeur net. Je commençai l’histoire:

« Il disait “J’aime le froid…”»

Je crus le voir réagir. Je n’en étais pas sûr. Je poursuivis. Les mots me venaient avec aisance. Ils étaient si profondément ancrés dans mon esprit que, maintenant que j’en avais besoin, ils resurgissaient des brumes de mes souvenirs avec une facilité déconcertante.

À un moment, mon visiteur mit l’anneau. Je vis qu’il lui allait parfaitement. Ce n’était donc pas lui. Mais dans son histoire, l’anneau lui allait parfaitement; pourquoi alors, quand il l’avait montré dans l’auberge, l’anneau était-il trop grand? Encore une énigme.

Je poursuivais mon histoire pour me donner le temps de réfléchir. J’avais tant de facilité à la raconter que je n’avais même pas besoin d’y penser, ce qui me permettait de me concentrer sur le problème. Personne ne connaissait mieux les rêves que moi, qui les côtoyais au quotidien. L’essentiel du paradoxe était que tout, à l’auberge, tenait du rêve, mais que moi, je n’avais pas rêvé. Peut-être dans ce cas était-ce lui qui avait rêvé?

Je crus l’entendre émettre une plainte. Machinalement, je poursuivis ma narration.

Oui, ce devait être cela. Les rêves ne doivent-ils pas correspondre à la façon dont on imagine les choses? De multiples erreurs ne peuvent-elles pas s’y glisser, parce qu’elles correspondent mieux à l’idée qu’on se fait de la réalité? Pour mon vis-à-vis, l’anneau venant de moi, il devait l’imaginer sans cesse à mon doigt. Et comme ses doigts à lui étaient plus minces que les miens, ils devaient nécessairement être trop petits. C’était donc mon vis-à-vis qui avait rêvé les erreurs de proportion des mains.

Il avait également rêvé qu’il me donnait l’anneau. Mais comme j’étais dans la réalité, j’avais pu le ramener avec moi.

Il me sauta à la gorge et m’empoigna. Je vis avec horreur qu’était venu pour moi le moment de l’histoire où je devais mourir. Je réalisai avec effroi que tout au long je m’étais comporté comme l’histoire le racontait. Aurais-je dû faire autre chose? Non. On raconte une histoire telle qu’on se la rappelle, non comme l’exacte vérité.

Je me défendis néanmoins. J’étais plus fort que lui, je pouvais encore l’emporter. Puis je basculai.

#

J’ai beaucoup réfléchis, depuis, et je crois que la version du vieil homme est la meilleure. Peut-être n’a-t-il pas tout compris – d’ailleurs qui le pourrait? –, peut-être que l’ermite n’agissait pas pour les raisons que le vieil homme lui prête. Mais sa version explique comment j’ai pu raconter cette histoire alors que l’ermite se trouvait à la table d’à côté, comment l’anneau d’argent est venu en sa possession.

Cette mauvaise nuit que j’avais passée après avoir rencontré le vieil homme à l’auberge avait sans aucun doute été troublée par des rêves. J’étais si obsédé par cette histoire qu’elle avait dû occuper mes songes. Il est possible, et même probable que j’aie réuni en un seul rêve tous les éléments de l’histoire. Ainsi, l’auberge et la forêt, ma discussion avec le vieil homme, et l’élément qui m’obsédait le plus: l’ermite, que j’imaginais nous écoutant de la table voisine. Et par un curieux phénomène que je ne saurais expliquer, ce qui pour moi à la fin de l’histoire était un rêve, était au début de l’histoire la réalité pour l’ermite.

J’ai encore l’anneau en ma possession. Je ne l’ai jamais donné, sinon en rêve. Cela n’a pas d’importance, et n’a pas pu empêcher l’ermite de le recevoir.

Mais on ne saura pas confirmer hors de tout doute cette version, car je ne me souviens pas de mes rêves. L’histoire reste troublante. On hésite à la raconter. Lorsqu’on le fait, c’est à un ami de longue date. Et lorsque vient l’inévitable scepticisme, on refuse de montrer l’anneau d’argent.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :