Perte de temps

J’ai constamment l’impression de perdre mon temps. Même quand je fais des choses soi-disant utiles. Si je fais l’épicerie, je perds mon temps. Si je lis le journal, je perds mon temps. Je déménage? source immense de pertes de temps. Je défais mes boîtes? je perds mon temps.

À des degrés divers, même rencontrer mes amis me donne le sentiment de perdre mon temps. Pas pendant que je suis avec eux. Là je passe un bon moment. C’est avant, quand je me dis: « aller voir untel/unetelle va prendre des heures… » et après, où je me dis « mais ça ma pris tout ce temps? ».

Même quand je bosse, j’ai l’impression de perdre mon temps. Pas parce que je pense que je devrais faire autre chose. Parce que j’ai le sentiment de ne pas être assez efficace. Et puis, je bosse sur quoi? si c’est la paperasse, je perds mon temps pour faire les « vrais choses »… si je bosse sur les « vrais choses » la paperasse urgente ne se fait pas.

J’écris sur mon blog là… je perds du temps.

Publicités

3 Réponses to “Perte de temps”

  1. Caline Says:

    ça me fait le même effet dis donc! Comme une nuit sans galipettes… j’ai un sentiment d’occasion ratée, de temps perdu. Serait-ce parce qu’on a plus conscience du temps qui file?

  2. Coeus Says:

    Ou juste qu’on n’a plus de « purpose ». Quand on n’a pas de but, on se fout bien d’où aller, alors tous les chemins y mènent. Merci Alice !
    Peut-être qu’on ne sent plus que notre chemin est « spécial ». Avec tous les médias, on se rend compte chaque jour que d’autres gens font la même chose que nous, mais mieux, ou alors font quelque chose de cent fois plus trippant.
    Peut-être que ce qui nous apparaît comme les « vraies choses » sont celles qu’on a vues faites par d’autres gens, qui semblaient donner un « purpose » et être amusantes et rendre heureux. Et quand on les fait nous-mêmes, ça déçoit nos attentes et on se demande alors s’il existe vraiment une « vraie chose ».
    Ou peut-être juste qu’on perd réellement notre temps. Je plaide coupable.

  3. Déréglé temporel Says:

    Non, ce n’est pas un manque de « purpose » (pourquoi employer ce mot plutôt que « objectif »? ou « but »?). J’en ai des objectifs, et ce sont les miens, pas ceux d’autres gens.
    En fait, c’est justement le fait que j’ai des objectifs à atteindre qui me donne le sentiment de constamment perdre mon temps, même lorsque je fais des choses agréables (rencontrer les amis et la famille), même lorsque fait des choses absolument nécessaires (faire l’épicerie, faire la cuisine, et même manger et dormir).
    Quand aux « vrais choses »… je me réfère ici aux différents travaux directement liés à ma thèse. La lecture, la recherche, la rédaction…
    par opposition à la paperasse, qui n’a aucune finalité savante, mais que je dois faire pour être inscrit là où il faut, quand il faut, et avoir de l’argent en conséquence. Quand je travaille sur l’un, je sens que l’autre traîne… or, les deadlines pour les uns comme pour les autres sont à peu près identiques. Comme si je n’évitais un mur que pour allègrement aller foncer la tête la première dans un autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :