Le Cycle de Contremont

Un billet sur un cycle que je n’ai pas entièrement lu, mais qui m’a procuré de bons souvenirs d’enfance. Si j’étais intimidé quand j’ai publié chez Solaris, c’est entre autre parce que je venais de réaliser que cette revue était le repère de pas mal d’auteurs que je lisais étant tout petit. Entre autre Joël Champetier qui en est le rédacteur en chef. Auteurs de romans fantasy, fantastique et science-fiction. Pour moi, c’était surtout l’auteur des romans de Contremont, chez Mediapaul. Mediapaul est un éditeur étrange qui, semble-t-il, classe les romans jeunesse de fantasy dans le genre « religion ».

Contremont, c’est un petit royaume paisible, mais pas trop, histoire qu’il y ait de quoi raconter.

La photo viens du site des éditions Alire

La photo viens du site des éditions Alire

Dans La Requête de Barrad et sa suite  La prisonnière de Barrad, on apprends qu’y vit un ogre invincible avec qui les rois de Contremont ont passé un pacte: il laisse le royaume tranquille, et les morts du royaume lui sont livrés pour ses repas. Le pacte  sera rompu lorsqu’un des conseillers du roi, incapable de supporter l’idée que sa dépouille soit livrée en pâture au monstre, convainct le roi de tenter de le tuer. En réponse, Barrad capture le roi et demande, en échange de sa libération, qu’on lui livre une créature mythique, un sylvaneau, pour qu’il puisse le dévorer. Une petite expédition est envoyée à la recherche de l’une de ces créatures (qui, disons-le, rappellent les elfes par bien des aspects).

Dans Le Voyage de la sylvanelle puis Le Secret des sylvaneaux, qui se déroule quelques années plus tard, une nouvelle expédition part à la recherche des sylvaneaux, histoire de ramener l’une d’entre elle parmi les siens, dans une autre contrée inconnue. Et une fois arrivée parmi eux, on découvre que finalement, les syvaneaux de Champetier ne sont pas une simple copie conforme des elfes standards de la fantasy.

Dans Le Prince Japier on découvre les premières aventures de celui qui, dans les quatre romans précédemment mentionnés (je les mentionne presque dans l’ordre où je les ai lus… si ce n’est que j’ai commencé par La Prisonnière de Barrad), était le roi.

Tous ces romans publiés dans la collection Jeunesse-Pop chez Mediapaul sont très petits: probablement pas plus de 170 pages chacuns, gros max. Mais ils présentent tous un sympathique mélange d’aventures, de rêve, d’humour, et juste ce qu’il faut de ces touches sombres qui font bien souvent la différence entre les bons romans jeunesse et les autres, ceux qui prennent les jeunes pour des idiots.

De nombreuses années plus tard paraissait Les Sources de la magie aux éditions Alire. Avec ce roman, Joël Champetier transposait l’univers de Contremont dans un livre qui s’adressait à un public plus âgé. Soi-disant.

L’histoire se passe quelques générations plus tard. Le roi Japier et sa fille Melsi sont pratiquement entrés dans la légende. Le magicien au service de l’actuel roi de Contremont reçoit la visite de sa nièce venue passer quelques temps chez lui. De fait, son frère, intendant du royaume voisin, cherche à éloigner sa fille pour la mettre à l’abri de ses ennemis politiques.

Je dois dire que j’ai été un peu déçu. C’est un livre fort sympathique, mais dans le fond, c’est sensiblement la même recette que les précédents. On repassera pour un livre      s’adressant à un public plus mature. Peut-être un peu plus d’histoires de sexe, tout au plus, bien que ça reste très pudique. On sent un peu aussi l’auteur de science-fiction derrière le traitement de la magie, trop technique à mon goût. Ce roman est encore un roman jeunesse, au mieux un roman pour ados. Mais si on est averti d’avance, pas de raisons pour les grands enfants de se priver.

Par la suite est paru Le Voleur des Steppes, toujours chez Alire, qui a l’air plus ambitieux que le précédent. Mais je ne le saurai pas tant que je ne l’ai pas lu, et comme c’est parti, il faudra attendre encore quelques années avant que je ne puisse me permettre un détour.

D’après le résumé et la carte, il se pourrait aussi qu’il n’y ait pas de lien direct avec le royaume de Contremont. Mais j’ai des doutes. C’est une histoire d’amnésique, je parie que les souvenirs retrouvés ramèneront le personnage vers un royaume un peu plus nordique qu’on nous le suggère.

Bientôt paraîtra Le Mystère des sylvaneaux, ce qui pourrait bien être fort sympatique.

Publicités

Étiquettes : , ,

2 Réponses to “Le Cycle de Contremont”

  1. M.C Says:

    J’ai vraiment aimé ses livres de contremont surtout Les Sources de la magie et Le Voleur des Steppes. J’ai adorer l’action et l’aventure et j’ai très hâte que Champetier Joël sort des nouvelles collections de contremont.

  2. Déréglé temporel Says:

    Bienvenu, M.C,

    Pour ma part, il n’y a pas de presse. Pas que je ne suis pas curieux de lire de nouvelles histoires dans l’univers de Contremont, mais tant que je serai en Espagne, les livres publiés chez Alire me seront difficiles d’accès!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :