Youpi, ma religion à moi! (humour)

Je viens d’avoir un débat un peu houleux sur un forum. Pas de quoi s’alarmer, ce sont des amis et ça s’est terminé sur une invitation à prendre une bière.

À l’origine du débat, cet article publié dans le Devoir par un théologien s’inquiétant du cours d’éthique et de culture religieuse à travers un exemple, celui d’un exercice nommé « Youpi, ma religion à moi! » (dont on peut retrouver un descriptif détaillé ici). J’ai déjà exprimé mes inquiétudes face à ce cours et aux gens qui l’ont conçu ici. L’exercice en question semble rejoindre mes inquiétudes. En plus de cela, la grille d’analyse proposée est éminemment eurocentriste, ce qui risque d’être plus nuisible qu’autre chose aux élèves lorsqu’ils voudront essayer de comprendre les religions étrangères.

Dans le débat sur le forum dont je parlais, je me suis retrouvé en minorité, sans grande surprises. Et comme on me vantait la grande pédagogie de cet exercice consistant à inventer une religion imaginaire, exercice faisant soi-disant appel à la créativité et soi-disant amusant, je me suis rappelé de mon secondaire. Créer une religion imaginaire, ça peut être un exercice amusant et créatif, en effet… si on le fait entre copains et à la maison. Dans le cadre scolaire, je le sais parce que j’ai fait pas mal d’exercices en équipes assez similaires quand j’étais au secondaire, le but du « jeu » est toujours de se débarrasser de la corvée le plus vite possible.

Pour illustrer mon point, mais surtout pour faire rire, j’ai essayé d’imaginer à quoi ressemblerait une équipe de quatre élèves (tel que précisé dans les consignes), qui ferait l’exercice.

Voici le résultat. Je le verrais bien en sketch de café-théâtre:
ÉTUDIANT 1: Bon, ça nous prend un fondateur.
ÉTUDIANT 2: Ok, y s’appelle Jo-Blo.
ÉTUDIANT 3: Ben non, pas Jo-Blo quand même…
ÉTUDIANT 2: Ben comment tu veux qu’y s’appelle, d’abord?
ÉTUDIANT 3: Je le sais-tu, moé?
ÉTUDIANT 4: On s’en fout, c’est juste un nom. OK pour Jo-Blo
ÉTUDIANT 1: Bon, ça nous prend un mythe fondateur.
ÉTUDIANT 2: Ben Jo-Blo est descendu du ciel avec un livre Saint.
ÉTUDIANT 3: Ben non, ça c’est Jésus.
ÉTUDIANT 2: Ah, tu fais chier.
ÉTUDIANT 4: Non, y’a raison. Jo-Blo est sorti de la terre, là.
ÉTUDIANT 2: OK.
ÉTUDIANT 1: Bon, ça nous prends un ou des dieux avec des attributs.
ÉTUDIANT 2: euh…
ÉTUDIANT 3: …
ÉTUDIANT 4: On en fait juste un, ok, sinon c’est trop long.
ÉTUDIANT 3: Ah, non, c’est chiant les monothéismes!
ÉTUDIANT 1: Hey, insulte pas ma religion, toi!
ÉTUDIANT 2: Bon, j’ai une autre idée: on fait un dieu du feux, un dieu de l’air, un dieu de la terre, un dieu de l’eau pis un dieu de l’argent. Le chef, c’est l’argent, parce que l’argent mène le monde!
ÉTUDIANT 3: Hey, c’est cool.
ÉTUDIANT 4: Tu fais chier, c’est long à écrire, mais ok.
ÉTUDIANT 1: On est rendu au code moral
ÉTUDIANT 2: Oh, shit, ça va être long.
ÉTUDIANT 3: Non, c’est correct. On a pas le droit de tuer, pas le droit de voler, c’est toujours de même. Mais pour être original, on a le droit de baiser quand on veut.
ÉTUDIANT 4: Yes! j’me converti!
ÉTUDIANT 1: Ouais, c’est cool.
ÉTUDIANT 4: Vous êtes sûr que ça en prend pas plus?
ÉTUDIANT 2: Les autres en feront pas plus.
ÉTUDIANT 4: Bon, je note.
ÉTUDIANT 1: Ça prend un livre sacré.
ÉTUDIANT 2: Ben on l’a déjà dit.
ÉTUDIANT 3: On va quand même pas toute l’écrire!
ÉTUDIANT 1: Ben non, ça prend juste un nom.
ÉTUDIANT 2: Le tas de papier? Ce serait drôle, le tas de papier saint, non?
ÉTUDIANT 3: Ah non!
ÉTUDIANT 4: Ben quoi d’abord?
ÉTUDIANT 3: Ben ché-tu, moé, attends… Le Livre des Cinq éléments! Ouais, c’est logique, on a cinq dieux.
ÉTUDIANT 4: OK.
ÉTUDIANT 1: Bon, quelques rituels…
ÉTUDIANT 2: Genre comme un baptême?
ÉTUDIANT 1: Ouais, genre…
ÉTUDIANT 3: Ça prend quelque chose de logique avec nos dieux.
ÉTUDIANT 4: Ah, non! tu vas pas chercher 5 rituels?
ÉTUDIANT 3: Attends, Jo-Blo vient de la terre, donc à la naissance on fait semblant de sortir le bébé de la terre, ok?
ÉTUDIANT 4: OK.
ÉTUDIANT 2: Bon, on a fini?
ÉTUDIANT 1: Hey, ça dit « quelques » rituels, y’en faut plus qu’un.
ÉTUDIANT 2: Ah, non!
ÉTUDIANT 3: Arrête de chialer sinon on finira jamais.
ÉTUDIANT 4: Ouais, c’est vrai ça.
ÉTUDIANT 3: Bon. Quand l’enfant arrive à l’âge adulte, comme c’est la chose la plus importante, on lui donne du cash.
ÉTUDIANT 4: J’m’reconverti encore! c’est trop cool!
ÉTUDIANT 3: Quand on meurt, on brûle le corps sur un bûcher.
ÉTUDIANT 4: OK.
ÉTUDIANT 3: Quand on veut se marier…
ÉTUDIANT 2: On baise devant le prêtre!
ÉTUDIANT 4: Ouais! j’v’eux être prêtre!
ÉTUDIANT 2: Non, attends, le prêtre baise avec la mariée!
ÉTUDIANT 3: Arrêtez, c’est n’importe quoi! Bon, quand on veut se marier, on nage ensemble.
ÉTUDIANT 2: à poil!
ÉTUDIANT 4: Ouais!
ÉTUDIANT 3: Non! arrêtez de dire des conneries!
ÉTUDIANT 4: Non, tout nu, c’est pur. Je note.
ÉTUDIANT 3: on peut pas écrire ça…
ÉTUDIANT 1: ça prend des objets de culte.
ÉDUDIANT 2: Une tronçonneuse! Ou un gun. Moi j’veux un gun à l’école.
ÉTUDIANT 3: Hey, on a pas fini les rituels.
ÉTUDIANT 4: On en a ben assez.
ÉTUDIANT 3: J’en voulais un pour chaque dieu.
ÉTUDIANT 4: On s’en fout!
ÉTUDIANT 3: mais..
ÉTUDIANT 1: bon, moi je dis un pendentif avec de la terre comme objet de culte.
ÉTUDIANT 4: OK. Ça prend-tu d’autres objets de culte?
ÉTUDIANT 1: Ouais.
ÉTUDIANT 3: Un rituel en avion…
ÉTUDIANT 1: ben ché-pas, peut-être un encensoir?
ÉTUDIANT 2: Mais avec de la mari! Pis on prie gelés.
ÉTUDIANT 3: Vous pouvez pas arrêter de déconner?
ÉTUDIANT 2: ben y’en a qui le font.
ÉTUDIANT 4: ouais.
ÉTUDIANT 1: bon, « quelques », ça en prend-tu plus que deux?
ÉTUDIANT 2: non, c’est bon.
ÉTUDIANT 4: ON A FINI!

EDIT: depuis ma dernière recherche, le ministère a quand même mis plus d’informations sur le cours. Certaines sont de nature à me rassurer, mais je regarderai le détail un autre jour. En attendant, vous pouvez allez consulter un résumé du programme ici.

Publicités

Étiquettes : , , ,

4 Réponses to “Youpi, ma religion à moi! (humour)”

  1. Mouma Says:

    Hahaha!!! c’est très drôle! Moi, j’en profiterais pour inventer une religion sans misogynie. Ça changerait des discours religieux qu’on n’entend que trop!

  2. tite-soeur Says:

    Ouais, pas mal réaliste. Je reconnais parfaitement mon secondaire!

  3. Pierre Zwingli Says:

    Mouais, vous êtes bien vite rassurés par quelque texte édulcorant le cours pondu par des fonctionnaires.

    Tiens, voici une vidéo par des jeunes qui ont créé leur religion, les judoïtes.

    http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2009/04/videos-deleves-realisees-pour-le-cours.html

  4. Déréglé temporel Says:

    Vous savez, quand je parlais de « détails de nature à me rassurer », je ne parlais pas de l’exercice « Youpi, ma religion à moi », que je trouve toujours aussi con. Mais il ne s’agit que d’un exercice sur l’ensemble d’un cours qui s’échelonne sur plusieurs années, au primaire et au secondaire, il serait donc malhonnête de tout le juger sur ce seul exercice.

    Le « texte édulcorant le cours pondu par des fonctionnaires », comme vous dites, est accompagné de la structure du cours, et c’est là que se trouvent les détails dont je parle, qui indiquent que le contenu culturel et l’histoire des religions se voient accordé une place plus importante que ce à quoi je m’attendais initialement. Il ne faut pas faire confiance à une simple grille élaborée par des fonctionnaires, sans doute. Aussi croyais-je que la formulation « des détails de nature à me rassurer » était suffisamment nuancée pour que mes lecteurs ne me croient pas tout simplement « rassuré ». Disons que je suis moins inquiet.
    Les vidéos auxquels vous nous référez ne vont certes pas nourrir mon inquiétude. C’est con, d’accord, mais c’est la connerie ordinaire des adolescents. Que ce soit un cours d’ECR, d’enseignement religieux confessionnel, de morale, de français ou de biologie, elle est toujours la même, et ce n’est pas en changeant le cours qu’on va changer les élèves. Il est même, jusqu’à un certain point, parfaitement sain qu’ils démontrent leur capacité à se moquer des exercices qu’on leur impose.
    Et puis il ne faut pas exagérer. Le blog pouruneecolelibre est un blog militant, qui opère une sélection à l’avantage de la cause qu’il défend. Je ne doute pas que certains groupes auront fait de meilleures présentations, quoique sans doute moins drôles.

    Quant au fond du cours lui-même. Honnêtement, pour inquiet que je suis, je n’en suis pas encore à me faire une opinion. Je lis quand je peux, sur le site du ministère, dans les journaux, ou sur le blog pouruneecolelibre (lequel, malgré le biais propre à tout militant, déniche quand même des sources d’informations pertinentes) et je prends le temps d’en discuter avec les profs (qui pour le moment ont surtout de bons commentaires à me transmettre).
    C’est l’élément « culture religieuse » qui me préoccupe. Cela dit, je ne sais toujours pas si le nouveau cours vaut l’enseignement confessionnel à ce chapitre, mais je suis pas mal certain qu’il vaut mieux que le cours de morale. Vu la quantité de parents qui retiraient leurs enfants de l’enseignement religieux pour leur infliger d’insipides cours de morale, on peut donc parler d’une amélioration au moins pour eux.
    Il y aurait par ailleurs des problèmes à fouiller de type « est-ce que trop, c’est comme pas assez? ».
    J’ai un peu peur que la formation des profs soit insuffisante pour donner ce cours comme on voudrait qu’il le soit. Mais c’est un problème qui dépasse largement le seul cours d’ECR, qui ne pose pas forcément problème en lui-même.
    Mais là, je n’ai toujours pas assez d’éléments en main pour m’avancer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :