Saga, misogynie et crapulerie économique

Je viens de terminer le premier tome de Millenium. Les hommes qui n’aimaient pas les femmes.

D’habitude, je résiste aux manias littéraires. Je n’avais pas envie de lire Harry Potter avant que le livre ne se retrouve sous mon nez et que j’en lise la première ligne. Je n’ai jamais lu Dan Brown, et je n’en ai toujours pas envie. Etc…

Donc en fait, ce n’est pas que je ne lis pas les livres qui provoquent les manias, c’est plutôt que le battage médiatique qui les entoure ne me touche pas. Sauf peut-être dans ce cas-ci. Là, j’avoue avoir été un petit peu tenté.

Et si j’ai cédé, c’est la faute à Jean-Jacques Pelletier. Je venais de finir Les Cathédrales de la Mort, et je venais de lire également son essai sur le polar. Ça donnait envie de lire du roman policier. Et comme La Faim de la terre ne sort pas avant l’automne, il fallait trouver autre chose. Millenium, donc.

C’est bon. Très bon. Pas le chef-d’oeuvre immortel annoncé, mais c’est très bon. Heureusement, je n’avais pas d’attentes particulières.

Le premier tome peut se lire comme une histoire indépendante. Pas besoin d’aller plus loin après, sauf pour retrouver les mêmes personnages, le même style.

Blomski est un journaliste économique. Il s’est fait beaucoup d’ennemis dans le milieu, en critiquant la couverture complaisante que les médias font des grandes entreprises de son pays. Alors il est devenu l’un des fondateurs de la revue Millenium, vouée justement au journalisme d’enquête et à une couverture plus critique. Et il est entré en conflit ouvert avec un gros poisson, du genre requin. Et ça se passe mal pour lui. Il a intérêt à se faire oublier un moment. Et c’est à ce moment qu’Henrik Vanger, un vieux milliardaire, industriel à la retraite, l’engage pour écrire la chronique de sa famille… officiellement. Officieusement, il lui demande de mener son enquête pour élucider la disparition de sa nièce, plus de trente ans plus tôt. Sans grand espoir. Blomski est surtout intéressé par la chronique, mais on se doute bien qu’il va finir par mettre en lumière un indice inédit. En chemin, il va engager une hacker asociale troublée, Lisbeth Salander, pour l’assister dans ses recherches.

Comparativement aux Gestionnaires de l’Apocalypse, par exemple, qui expose régulièrement le point de vue des méchants, Millenium se présente donc comme un polar traditionnel: il y a un crime, un enquêteur, une énigme à résoudre. Les indices sont distribués au fil des pages, laissant le lecteur tenter de deviner qui est le meurtrier. Et si certains aspects se révèlent plutôt prévisibles, l’intrigue est assez bien ficelée pour lui réserver sa part de surprises.

Au-delà de l’histoire, il y a un thème, celui qui donne son titre au livre: « les hommes qui n’aimaient pas les femmes ». La brutalité envers les femmes, brutalité surtout sexuelle, se retrouve constamment au fil de l’histoire, qu’il s’agisse d’allusions servant de toile de fond au récit, d’intrigues secondaires ou de l’intrigue principale. Lisbeth Salander est évidemment un personnage conçu spécialement pour mettre en scène le thème… et elle ne se laisse pas faire. Quant à Blomski, il a les apparences d’un anti-thème: lui, il aime les femmes, pas de doute…

Une bonne histoire, des personnages intéressants, un thème bien campé. En bonus, on peut citer une certaine vision de l’histoire de la Suède, quoique ce soit loin d’être à l’avant-plan. Un bon moment à passer.

Publicités

Étiquettes : ,

3 Réponses to “Saga, misogynie et crapulerie économique”

  1. Bottine Says:

    Les battages médiatiques m’agacent beaucoup et par esprit de contradiction j’ai tendance, a priori, à ne pas aimer les trucs populaires. Pour Harry Potter j’ai eu tort, pour Dan Brown j’ai eu raison. Millenium… La couverture de ces bouquins me faisait envie depuis quelque temps (elle est jolie) mais je n’avais pas vu de critique tranquille de la chose, venant de quelqu’un de « normal » – pas un libraire ou un critique pro quoi. Du coup je vais voir, j’ai très envie de polar en ce moment et d’un truc qui se lit facilement.

  2. Déréglé temporel Says:

    Il répond aux deux critères, je dirais. Il y a au début de l’enquête quelques longueurs, quand il s’agit de passer en revue les suspects. Tu peux survoler cette partie rapidement et apprécier le reste.

  3. Parcours de battante « Temps et fiction Says:

    […] cette nuit quand j’ai achevé le troisième tome de Millenium. J’ai parlé du premier ici, et je n’ai pas parlé du deuxième parce que les tomes 2 et 3 ne constituent pas des […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :