Définition de la religion selon Émile Durkheim

« Une religion est un système solidaire de croyances et de pratiques relatives à des choses sacrées, c’est-à-dire séparées, interdites, croyances et pratiques qui unissent en une même communauté morale, appelée Église, tous ceux qui y adhèrent. » – Les Formes élémentaires de la vie religieuse, 1912.

Ça vaut ce que ça vaut, mais Durkheim reste pour beaucoup le père fondateur de la sociologie, voire de l’anthropologie, et sa définition de la religion demeure une référence.

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

14 Réponses to “Définition de la religion selon Émile Durkheim”

  1. Gabriel Says:

    C’est le genre de définition utile a mémoriser! 😉

  2. Déréglé temporel Says:

    En effet. Celle-ci a l’avantage d’être à la fois assez précise et concise pour un concept aussi vaste que celui de religion.
    Elle amène aussi à faire des distinction qui ne sont pas évidentes à priori, comme d’exclure magie et ésotérisme de la religion (ceux qui pratiquent ces trucs ne sont pas unis en une « communauté morale »). Cette distinction pose encore problème en anthropologie. Durkheim lui-même, et beaucoup d’autres après lui, tend à inclure le magisme dans les religions, bien qu’il précise déjà dans son livre que selon sa définition il faudrait les en exclure.
    Un autre problème est posé par cette distinction, c’est qu’elle semble exclure également ce qu’on a appelé les « religions populaires », décrites par certaines historiens (comme Alphonse Dupront) et anthropologues. Pareil pour ce que les sociologues récents ont appelé les « religions à la carte », qui n’unissent aucune communauté.

  3. brumes Says:

    Dürkheim pouvait difficilement envisager en 1912 l’apparition de religions « à la carte », dont le développement me paraît être lié à la valorisation progressive de la singularité individuelle. Quoique, si mes souvenirs sont bons, une nouvelle d’Hermann Hesse, écrite dans la même période aborde déjà les groupes religieux vagues et désordonnés qui fleurissent à partir du XIXe siècle. Mais leur existence est quand même extrêmement marginale.

    La définition de Durkheim est quand même très liée aux 3 religions du Livre. Un petit coup d’oeil sur les religions de l’âge héllénistique (cf Peter Green) pourrait déjà exclure une partie des pratiques religieuses païennes de cette définition à mon sens un peu trop respective.

    Vous êtes allés voir du côté de David Hume et de son histoire naturelle de la religion.

    Sinon, tombé par hasard sur votre blog, agréablement surpris, mais je suis loin d’avoir tout parcouru.

  4. Déréglé temporel Says:

    Bonjour, brumes, bienvenue sur ce blog.
    C’est un commentaire très intéressant que vous nous soumettez. N’hésitez pas à repasser aussi souvent que vous le souhaitez.

    La définition de Durkheim est peut-être liée aux religions du livres, mais il s’est fait un point d’honneur à y inclure des religions non-occidentales, tel que le bouddhisme (« à défaut de dieux, il admet l’existence de choses sacrées, à savoir des quatres vérités saintes et des pratiques qui en dérivent. ») et surtout le totémisme australien, qui sert de support à son livre.
    Sa définition est certes restrictive, mais une définition est d’autant plus utile qu’elle permet des restrictions. Quelques zones grises à mon avis stimulent la réflexion.
    L’exclusion des religions populaires à laquelle je faisais référence n’est pas certaine. On peut parfaitement argumenter qu’elles procèdent d’une communauté dans laquelle les fidèles se reconnaissent, bien que la question ne fasse pas consensus.
    Pour la religion à la carte, on ne peut pas dire que Durkheim l’a pressenti, mais il fait référence aux « religions individuelles », dont certains à son époque croient qu’elles sont appelées à devenir la « forme éminente de la vie religieuse ». Dans sa vision, de telles religions individuelles ne sont pas exclues par sa définition, mais elles ne correspondent pas tout à fait aux religions à la carte.
    Il est permit de se demander si les religions à la carte sont bien des religions ou si elles ne sont pas plutôt un phénomène de décadence du religieux, de la même manière que les survivances de paganisme dans le moyen-âge chrétien ne sont plus vraiment des religions.

    Non, je n’ai pas lu David Hume, mais mon exploration de la théorie de la religion n’en est jamais qu’à ses débuts.

  5. brumes Says:

    Je n’avais pas relu mon message, me voilà pris : j’avais mis un point au lieu d’un point d’interrogation à ma « question » sur l’histoire de la religion naturelle de David Hume. Mes souvenirs sont anciens, mais il me semble qu’un coup d’œil (le livre est court et lisible) pourrait être intéressant si le sujet vous concerne.

    Dans la définition de Durkheim, j’aurais tendance à voir un réseau central qui relierait 4 éléments fondamentaux, la solidarité, le sacré, la communauté morale et l’adhésion. Une pratique populaire, à défaut d’être canalisée et portée par une communauté morale, ne saurait effectivement relever de la religion. Maintenant, en tant que pratique sacrée suscitant l’adhésion et relevant d’un système solidaire de valeurs, elle me semble pouvoir relever de phénomènes mystiques ou para-religieux. D’ailleurs les structures religieuses instituées ne se sont jamais privées de ramener à elles des pratiques connexes, à condition que celles-ci partageassent une base minimale commune à propos du sacré et du dogme. Bref… je ne suis pas certain d’être clair.

    Concernant les religions à la carte, elles ne rentrent clairement pas dans le dispositif durkheimien. Elles ne sont pas vraiment solidaires : j’ai tendance à penser que la religion est un système auto-référent, clos, qui se suffit à lui-même. Imaginer de piocher dedans en fonction des émotivités spirituelles intimes de chaque individu ne relève plus de la religion. La question du sacré est moins claire : un sacré dépendant des aléas idiosyncrasiques est de portée très limitée. Et il ne fait naître aucune communauté morale.

    Maintenant Durkheim a une approche particulièrement… je ne trouve pas de mot plus proche de ce que je veux exprimer qu' »institutionnelle ». Holiste serait plus juste n’est ce pas?

    La religion, phénomène social, perspective radicale d’intégration délivrant à ses adeptes la sécurité d’une structure établie et de dogmes bien structurés. Quand Durkheim définit la religion, j’aurais envie de mettre un R majuscule tant il évoque avant tout la forme organisée et institutionnalisée de la croyance. C’est intéressant, mais je me demande si ça ne passe pas à côté du degré, de la forme et de la portée de l’adhésion. Mais je ne vais pas m’affronter à Emile Durkheim.

    Je vais continuer à explorer votre blog en tout cas.

  6. koval Says:

    Moi je pensais tout simplement que la religion était un discours qui répond aux angoisses existentielles de l’Homme. Ces angoisses étant d’où on vient et où on va. Si vous préférez, qu’étais-je avant ma naissance, que serai-je après ma mort.

  7. Déréglé temporel Says:

    Le problème, du point de vue de la définition, c’est que d’une part, il y a des discours non-religieux qui tentent également de répondre à ces questions, et que d’autres part, les éléments caractéristiques des religions dépassent largement les seuls discours.

  8. Des stats pour le 300e « Temps et fiction Says:

    […] visité par des amateurs de Jean-Jacques Pelletier. Le deuxième est un coureur de fond: Définition de la religion selon Émile Durkheim, souvent visité par des internautes qui ont tapé très exactement le titre dans leur recherche […]

  9. Saturday John Says:

    Quelle appréciation le sociologue actuel peut avoir quant à la définition de la famille et le rôle que joue le pentecôtisme dans les familles étendues en Afrique subsaharienne?

  10. Déréglé temporel Says:

    Bonjour, Saturday John.
    Aucune idée de la réponse à cette question. Je ne me suis jamais penché sur les questions touchant au pentecôtisme et ma connaissance de l’Afrique subsaharienne vaut celle de n’importe qui d’autre.
    Je vous invite à faire des recherches sur les sites des revues spécialisées: http://assr.revues.org/index10633.html
    Si vous avez un accès universitaire, sur les portails suivants:
    http://www.persee.fr/web/guest/home
    http://www.jstor.org/?cookieSet=1

  11. kouotou sapam Says:

    il est difficile de définir la réligion comme phénomène social car elle n’est pas objective.comment peut-on vouloir définir ce dont on voit?la religion n’existe qu’à partir du moment ou l’ on fait des invocations car celui-ci croit d’ailleurs etre en contact direct avec dieu.penser l’existence d’une religion c’est une utopie.

  12. Déréglé temporel Says:

    Vous pensez donc que ce qui n’est pas objectif ne peut pas être pensé comme phénomène social?
    À ce compte là, vous venez d’une phrase de supprimer l’ensemble des sciences sociales!
    Non, la religion est un phénomène social et peut être pensé comme tel.

  13. Anniversaire statistique « Temps et fiction Says:

    […] 1. Définition de la religion selon Émile Durkheim: Voilà un billet très bref, mais aussi très clair, qui ne fait rien d’autre que d’énoncer ce que dit son titre. C’est mon meilleur coureur de fond: il évoque une très grande autorité des sciences sociales et il traite d’un sujet qui occupe bien des esprits en ce moment, sur un fond super simple (la définition d’un terme pas facile à définir). Sa moyenne de visites par jour, sur une base annuelle, est de 2 depuis sa parution. Elle oscille en réalité entre 2 et 3 selon les périodes. Les débuts de sessions semblent favorables à sa fréquentation, et je soupçonne plusieurs visites d’étudiants. Il a longtemps occupé le premier rang des billets les plus consultés, avant d’être dépassé par le billet précédemment mentionné. Et il vient tout juste de reprendre sa place, avec 757 visites au total. […]

  14. Athée, agnost… pfff… blablabla… « Temps et fiction Says:

    […] cette attitude à la lumière de la définition de la religion d’Émile Durkheim, la meilleure que je connaisse (on reviendra une autre fois sur des critique qu’on peut […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :