Les bons films de danse

Après le billet que j’ai réservé à Love’N Dancing, je me suis demandé quels étaient les bons films de danse. Dans ce genre particulier, qui tendent à avoir tous le même scénario, parce que tout ce qu’on demande au scénario est de lier les scènes de danse entre elles, quels sont les films qui se distinguent?

Passons rapidement sur les classiques. Dirty Dancing est le stéréotype absolu des films de danse, avec la fille de bonne famille oisive qui s’éprend de son professeur de danse de basse extraction. On y échappe toutefois à quelques détails, notamment les compétitions de haut niveau et l’apprentissage à une vitesse extravagante. Flash Dance est l’autre grand stéréotype du genre, où la danse est à la fois passion et rêve, en opposition à un travail routinier et dur, et où elle sert à s’extraire d’une condition difficile, tout le scénario tendant vers l’audition finale.

Footloose propose un scénario plus original, mettant en scène une petite municipalité qui a interdit la danse et le Rock & Roll pour des raisons religieuses, et où Kevin Bacon entreprend de faire abolir le règlement en question. Mais on est encore assez loin du grand film.

Shall we danse est d’abord un film japonais sans grandes prétentions, mais filmé et joué tout en sensibilité. La danse y est, pour deux des principaux protagonistes, le moyen (un peu honteux) de s’évader d’un travail routinier, dans une société hantée par la peur du ridicule. Mais les enjeux sont multiples, pour chacun des personnages. L’adaptation américaine fut plutôt une bonne surprise, ne dérogeant au scénario que lorsque c’était strictement nécessaire, notamment pour changer certains enjeux présentés dans la version japonaise qui n’étaient pas pertinents dans le contexte de la société américaine. Par exemple, là où un personnage s’interroge sur des questions de galanterie dans la version originale, son équivalent américain se questionne sur le surentraînement.

Swing Kids est définitivement un film de danse, mais il est définitivement plus que ça aussi. On dépeint la jeunesse allemande au temps du nazisme, entichée d’une musique et d’une danse afro-américaines, dont plusieurs des grands musiciens sont des juifs. Les Swing Kids sont persécutés par les autorités nazis, qui tentent de valoriser danse et musique traditionnelle de la société allemande.

Mon film de danse préféré demeure The Tango Lesson, de Sally Potter. Cette autofiction n’est toutefois pas bien éloignée des stéréotypes habituels des films de danse, mettant en scène la relation houleuse entre Sally et son professeur de tango, Pablo Veron. Il y a toutefois rupture dans la relation prof-élève puisque Sally, loin des stéréotypes habituels de jolies poupées, est une femme dotée d’une très forte personnalité, réalisatrice charismatique; quant à Pablo, il rêve de faire du cinéma. Des dialogues en trois langues (anglais, prédominant; français, occasionnel; espagnol) et une réalisation principalement en noir et blanc, avec un souci esthétique constant. Un jeu passionné, tout en retenu, une musique superbement utilisée. Et les scènes de danse! Trippantes.

Un peu de claquette vient mettre de la diversité au milieu du tango. La dernière scène de tango est une vrai pièce d’anthologie:

Quels sont les films de danse qui vous ont marqué?

Publicités

Étiquettes : , , ,

8 Réponses to “Les bons films de danse”

  1. Sarah-Émilie Says:

    Je suis une inconditionnelle des films de danse. J’aime particulièrement ceux qui (même si le thème est classique) mettent en confrontation deux styles de danse opposés.

    Bien aimé Footloose aussi.

    Flashdance dans ma jeunesse, mais je l’ai revu il y a quelques années et la magie n’y est plus. Surtout quand j’ai appris qu’ils avaient utilisés trois acteurs pour faire la danse finale.

    Center stage 1 et 2
    Step up 1 et 2
    Take the lead
    The Last dance

    Et la série So you think you can dance, évidemment. 🙂

  2. Sarah-Émilie Says:

    Je ne connaissais pas The tango lesson.

  3. Déréglé temporel Says:

    C’est un film qui a connu une distribution assez restreinte. Il faut savoir ce qu’on va chercher au vidéoclub, ou surveiller la programmation de ARTV pour le voir.

    J’aime bien So you think you can dance, mais avec quelques réserves. Je trouve plus souvent qu’autrement, ils en mettent trop, dans leurs chorégraphies, au point souvent de perdre l’esprit de la danse. Un tango se danse en finesse, pas en tape-à-l’oeil.
    Je commence à lui préférer Dancing with the Stars, même si les les invités n’y sont pas aussi doués que les performeurs de SYTYCD.
    Mais je dois ajouter être assez malchanceux dans mes visionnements de cette dernière émission. En général, je rate les danses qui m’intéressent et je tombe sur celles qui m’indiffèrent.

    Tes choix sont intéressants. Je pense n’avoir pas vu la plupart de ceux que tu mentionnes.

  4. Sarah-Émilie Says:

    Je ne connaissais pas Dancing with the stars, je vais regarder ça cette semaine. Pour SYTYCD, je suis gaga comme je te dis, mais horaire familial oblige, je ne peux le regarder quand il passe, je le revois sur ISD donc je n’en rate pas un. Mais j’ai commencé à regarder aussi SYTYCD Canada cette année.

    Mes choix ont moins de ballrooom (sauf Take the lead), je ne sais pas s’ils t’intéresseront 🙂

  5. Des stats pour le 300e « Temps et fiction Says:

    […] aucun doute le plus commenté, même s’il est loin de ce mythique billet de la Kaverne), puis Les bons films de danse (un autre coureur de fond, qui a bénéficié un petit buzz à la mort de Patrick Swayze), puis Les […]

  6. Anonyme Says:

    Billy Elliot !

  7. Quelques tounes « Temps et fiction Says:

    […] donc opté pour celui qui est pour moi le plus beau d’entre tous (également lié à une scène d’anthologie), bien qu’il soit sous bien des aspects atypique: nerveux et rythmé, très rapide, il […]

  8. Anniversaire statistique « Temps et fiction Says:

    […] 5. Les bons films de danse est un billet auquel je changerais bien quelques phrases, mais bon. C’est l’autre type de coureur de fond. Le précédent est plutôt du type pop-intello; celui-ci racole les amateurs d’un genre de cinéma bien précis. Il attire des visites de gens qui cherchent des suggestions de films de danse, et des gens qui font une recherche sur l’un des films cités dans le billet. Un coureur de fond qui par ailleurs peut aller chercher un petit buzz de temps en temps: son niveau de popularité maximal fut atteint dans les jours suivant le décès de Patrick Swayze (notez bien que je ne mentionne pas Dirty dancing dans les « bons » films de danse, mais plutôt comme « stéréotype absolu » du genre). Comme il a été rédigé plus ou moins au moment de la sortie de Love N’Dancing, il a également reçu un petit buzz à ce moment. Avec ces buzzs, il a reçu une moyenne de 2 visites par jours en 2009 (pour les derniers mois, c’est-à-dire depuis sa parution) et 1 visite par jour en 2010, pour un total de 421 visites. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :