Le psychanalyste et l’inquisiteur

« Freud a d’ailleurs manifesté un intérêt très grand à la sorcellerie. Il a lu « avec ardeur » le Malleus Maleficarum. Il disait lui-même, dans sa correspondance à Wilhelm Fliess ou à d’autres, qu’il y avait, entre la relation de l’inquisiteur (de l’exorciste) et de la possédée (ou du sorcier), quelque chose d’analogue au rapport entre l’analyste et son client. »

– Michel de Certeau, « Le langage altéré, la parole de la possédée », dans L’écriture de l’histoire, Gallimard, 1975, p.284.

Sans commentaires…

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :