Une faute bien suspecte…

Elle s’insère tranquillement dans le langage courant, de plus en plus fréquente. Elle trouve son chemin dans les séries télés, selon ce que j’ai constaté hier.

Les fautes d’orthographe ou de grammaire, passe encore. Les fautes de sémantique, c’est beaucoup plus dérangeant. Mettons donc les choses au clair:

Si vous trouvez une personne louche, vous pouvez dire que cette personne est suspecte. Si vous dites qu’elle est suspicieuse, cela ne signifie pas qu’elle est louche, cela veut dire qu’elle est méfiante, soupçonneuse.

En somme, si vous trouvez qu’une personne est suspecte, vous êtes alors suspicieux.

Publicités

11 Réponses to “Une faute bien suspecte…”

  1. Sombre Déréliction Says:

    N’y avait-il pas un gag ou les Dupondt commettaient ce genre de bévue?? Il me semble en avoir un léger souvenir!

  2. Darwin Says:

    Dans le même ordre d’idées, il y a l’utilisation abusive de plus en plus fréquente du terme «évidence» dans le sens de «preuve». Ah, les faux amis…

    «En somme, si vous trouvez qu’une personne est suspecte, vous êtes alors suspicieux.»

    Pas nécessairement… On peut trouver une personne suspecte sans être suspicieux, si son comportement le justifie. Une personne suspicieuse aura tendance à trouver beaucoup trop de monde suspect.

  3. Déréglé temporel Says:

    @Darwin: L’erreur « suspicieux » viendrait des faux amis? je n’y avais pas pensé, mais c’est plausible.

    « Pas nécessairement… On peut trouver une personne suspecte sans être suspicieux, si son comportement le justifie. Une personne suspicieuse aura tendance à trouver beaucoup trop de monde suspect. »

    Ça dépend. Le terme a une certaine souplesse d’utilisation. Il peut désigner le caractère d’une personne (auquel cas tu as raison), mais aussi un état d’esprit ad hoc.
    Par exemple, dans la phrase « Leonidas Fogg était un homme suspicieux. », le mot « suspicieux » désigne le caractère de Fogg.
    En revanche, on peut aussi dire « Théberge lança à Victor Prose un long regard suspicieux. » ou « Surpris par les arguments de Prose, Théberge le regarda longuement, suspicieux. » Dans le premier cas, c’est le caractère du regard d’une personne suspicieuse, dans le second cas, c’est l’état d’esprit d’une personne qui soupçonne.

    @SD: C’est bien possible, ce serait leur genre, mais je n’en ai aucun souvenir.

  4. Darwin Says:

    Quand je parlais de faux amis, je pensais au sens différent en français et en anglais du mot «évidence». En anglais, tu le sais sûrement, une «evidence» est une preuve. En français, on ne cherche pas des évidences pour accuser quelqu’un, mais des preuves.

    Je demeure par contre suspicieux face à ton utilisation de personnages que j’aime bien pour me confondre… Et je me demande encore si on peut trouver quelqu’un suspect sans être automatiquement suspicieux. Va pour le regard, mais la personne ? Dans «Surpris par les arguments de Prose, Théberge le regarda longuement, suspicieux», je dirais plutôt «suspiceusement» (ou de façon suspicieuse) que «suspicieux» (après longuement, une autre forme adverbiale s’impose).

    Je vais y penser… 😉

  5. Gabriel Says:

    Amusant ce petit débats! Je suis d’accord avec Déréglé sur le fait que les fautes de sémantiques sont beaucoup plus dangereuses que les autres types de fautes.

  6. Déréglé temporel Says:

    « Quand je parlais de faux amis, je pensais au sens différent en français et en anglais  »

    Oui, j’avais compris. Ça m’a fait penser qu’en anglais, « suspect » se dit « suspicious », non?

    « Je vais y penser… »

    Je tranche: d’après le Larousse 2009: Suspicieux, euse adj. (lat. suspiciosus) Litt. Qui manifeste de la suspicion.

  7. Darwin Says:

    «Je vais y penser»

    C’était un clin d’oeil (j’ai d’ailleurs mis un bonhomme clin d’oeil) à une autre discussion que nous avons eu où je disais que cette expression (je vais y penser) est un moyen élégant de reculer sans perdre la face.

    Mais, bon, si cela ne suffit pas… 🙂

  8. Déréglé temporel Says:

    Ah, oui, j’avais oublié 🙂

  9. koval Says:

    Aujourd’hui, j’ai tiqué sur ce bout de phrase….ça me bug!

    « parler de la propre mort de son frère »

  10. Darwin Says:

    Parler de la mort de son propre frère ?

  11. Déréglé temporel Says:

    @koval: tu as lu ça où?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :