Récompenser la faiblesse

Je n’ai pas grand-chose à dire sur Avatar, tout a déjà été dit: Effets visuels extraordinaires, scénario sans grand intérêt (au mieux ordinaire). Quant à commenter l’idéologie du film, comme ça semble être la mode… bof; rien de nouveau sous le soleil, sauf que depuis quelques années les religieux et les conservateurs s’excitent plus qu’avant sur le contenu des films à succès. Un regret: j’aurais cru que les Na’Vis amoureux mêleraient leurs tresses (des espèces d’organes-à-communier) plutôt que de s’embrasser (ou en plus de s’embrasser). M’enfin. Quelqu’un a dû y penser, mais je suppose que quelques pudibonds américains y ont vu un symbole obscène.

Je suis quand même épaté qu’on songe à récompenser ce film pour son principal point faible: le scénario. Le syndicat des scénaristes américains a-t-il perdu la tête? Comment peut-on mettre en nomination pour un prix un scénario qui est essentiellement une enfilade de clichés, téléphoné du début à la fin, et comportant des invraisemblances majeures (par exemple: une pilote qui refuse d’ouvrir le feu sur l’ennemi pendant la bataille devrait normalement passer en court martiale, ou au moins être mise aux arrêts; alors, qu’elle ait accès aux prisonniers…), pourrait-il être récompensé? Y a-t-il si peu de choix? On peut récompenser Avatar de nombreux prix: les effets spéciaux et effets visuels, bien sûrs, la réalisation, le montage, ce genre de trucs. À la rigueur, le meilleur film, si on juge que le scénario est un critère d’importance faible ou moyenne. Mais PAS le meilleur scénario. Quand même!

Publicités

Étiquettes : , , ,

11 Réponses to “Récompenser la faiblesse”

  1. Arkalys Says:

    Je ne peux qu’approuver ! Si j’ai retrouvé un peu de la magie de Star Wars ou du Seigneur des Anneaux quand j’étais allé les voir au cinéma, c’est vrai que le scénar d’Avatar ne casse pas des briques, avec ses stéréotypes partout, du gentil qui aime la culture des Amérind…oups, des Na’vi (je confondrais pas avec Danse avec les Loups, moi ?) au méchant partisan du « tout faire péter », passant par le chercheur-geek-incapable-mais-courageux et le renégat-qui-se-rend-compte-que-le-héros-a-raison (et qui porte le prénom ridicule de Trudi, en plus).
    J’y pense juste, le seul perso peu commun (et encore), c’est Grace Augusteen, la chercheuse obligée de composer avec la multinationale parce que c’est le seul moyen de pouvoir mener ses recherches (réaliste, donc ?).

    Bref, tout ça pour dire que j’approuve ton point de vue, mais que je me permets d’ajouter : mieux vaut une récompense pour le scénario que pour les effets 3D. Quelle arnaque, ce truc !

  2. Darwin Says:

    Moi, j’adoré les presque trois heures passées au cinéma. Comme j’avais lu que le scénario était poche, je n’avais aucune attente à ce sujet. Même que pour la première moitié du film, j’étais agréablement surpris de ce côté. Disons que ça se gâte après…

  3. Déréglé temporel Says:

    @Darwin: « Moi, j’adoré les presque trois heures passées au cinéma. » Moi aussi. Comme toi, je n’avais pas d’attentes par rapport au scénario. Avatar est un excellent divertissement, en particulier quand on est sensible à l’art visuel et aux mondes imaginaires. Là n’est pas la question. Ce n’est pas parce qu’il est divertissant qu’il mérite un prix, ou même une nomination pour un prix, pour le meilleur scénario original. En particulier si ce sont des professionnels du scénario qui doivent le remettre! Ils veulent faire baisser les attentes pour leur futur boulot ou quoi?

    @Arka: « mieux vaut une récompense pour le scénario que pour les effets 3D. » Les effets 3D sont plutôt réussis. Pas encore tout à fait réussis, mais par rapport à ce qu’avait offert Up, il y a définitivement une amélioration. Dans les scènes de paysages en particulier, ils ajoutent vraiment de la profondeur à l’image. C’est dans les gros plans sur visage qu’ils sont mauvais, ils donnent l’impression d’une image en carton à quelques centimètres devant un décors en carton. Du 2D par dessus du 2D.

  4. Arkalys Says:

    Hum…2 explications, donc : tes attentes en termes de 3D étaient inférieures aux miennes, ou mon cinéma est vraiment mauvais. Parce que j’ai pas vu Up en 3D, mais pour Avatar, j’ai pas vu grande différence entre 3D et 2D. Ah si, les lunettes faisaient mal, ce qui rendait la séance un peu désagréable. Et entièrement d’accord avec la définition des gros plans, comme les scènes du journal de Jake. Si j’ai de l’argent à gaspiller, un jour, je me ferai le comparatif en enchaînant les deux versions dans la foulée.

  5. Déréglé temporel Says:

    Il y a probablement beaucoup une question d’attentes, alors. Il est fort possible que, si Up ne m’avait rendu aussi sceptique, j’aurais été déçu par les effets 3D.

  6. Darwin Says:

    @ DT

    J’ai écris mon commentaire rapidement ce matin avant de partir travailler. J’aurais voulu compléter en acquiesçant que c’est vraiment ridicule de penser récompenser ce scénario.

    Tu donnes l’exemple de la désertrice qui ne reçoit aucune sanction et se promène librement (j’avais donné le même sur la Kaverne). Que dire des Na’Vis qui, oubliant leurs morts, se réunissent tous pour tenter de sauver l’humaine, alors qu’on ne les voit pas tenter la même chose pour les leurs… Tout cela pour que ça ne fonctionne pas, mais rende crédible la tentative ultérieure avec le héros (j’avais prévu ce dénouement quand la terrienne fumeuse est morte parce qu’elle était déjà trop faible, comme tout le monde j’imagine).

    Et la bataille ridicule entre le bon et le méchant… qui était dans un genre de robot (seul point positif, cela m’a rappelé une des séries de jeux vidéo que j’ai préférée, soit Front Mission… voir http://www.maquettes-papier.net/forumenpapier/images/uploads/Albactarus/blizzaia-l_147.jpg).

    Bref, s’il recevait le prix du meilleur scénario, ce ne serait sûrement pour faire suer la droite !

    «À la rigueur, le meilleur film, si on juge que le scénario est un critère d’importance faible ou moyenne.»

    Pour ce film, pour probablement la première fois de ma longue existence, je trouve qu’on peut apprécier un film avec un scénario bancal. C’est tout un exploit ! Bref, cela me dérangerait moins qu’il reçoive ce prix que cela m’a déçu quand Titanic l’a reçu…

  7. Déréglé temporel Says:

    « Que dire des Na’Vis qui, oubliant leurs morts, se réunissent tous pour tenter de sauver l’humaine, alors qu’on ne les voit pas tenter la même chose pour les leurs… »

    Bon, à la rigueur, ça, ça peut s’expliquer. Le rituel visait à transférer l’âme de l’humaine blessée dans son corps Na’Vi intact, on ne nous dit pas que les Na’Vis ont des rituels semblablent capables de guérir un corps Na’Vi ou de transférer une âme Na’Vi dans un autres corps Na’Vi.
    Par contre, quand le héros dit à Grace « les Na’Vis pourront vous soigner », on se demande à quoi il pense. On ne nous a jamais dit que les Na’Vi avaient des talents de médecine et de toute évidence, il ignorait la nature du rituel auquel on allait soumettre Grace.

    « Bref, cela me dérangerait moins qu’il reçoive ce prix que cela m’a déçu quand Titanic l’a reçu… »

    Ouais, pareil.

  8. Darwin Says:

    Bon, d’accord, ton explication est plus complète. Mais reste que quand j’ai vu cette scène je suis parti à rire (intérieurement, je ne veux pas dérnager les autres…). Qu’ils sont bons et altruites les Na’Vis de tout laisser tomber pour soigner une membre de la race qui les attaque…

    Je le répète, tout cela n’a été conçu que pour faire accepter le transfert du corps du pauvre handicapé dans celui du héros qui fut le premier à monter le volatile que personne n’avait monté depuis des générations (deux, si je me souviens bien)… J’aime mieux être cynique en cinéma qu’en politique ! 😉

  9. Déréglé temporel Says:

    C’est pas cynique, je suis entièrement d’accord avec toi. Moi aussi, d’ailleurs, je l’ai vu venir de loin. Cependant, on peut y voir une autre fonction, et pour le coup ce n’est pas malhabile: avec ce rituel, il devenait possible de « projeter » l’esprit de Grace dans le « collectif » de la planète, permettant au héros d’y faire appel dans sa « prière » et d’expliquer que la planète (comment ils l’appellent, déjà?) participe à la bataille finale.

  10. Darwin Says:

    «il devenait possible de “projeter” l’esprit de Grace dans le “collectif” de la planète, permettant au héros d’y faire appel dans sa “prière” et d’expliquer que la planète (comment ils l’appellent, déjà?) participe à la bataille finale.»

    J’avais raté celle-là ! 😉

    La planète, c’est Pandora (comme la boîte…), mais je pense que tu fais plutôt référence à Eywa, la divinité avec qui ils communiquent à l’aide de l’Arbre des âmes… (merci http://fr.wikipedia.org/wiki/Avatar_(film,_2009) )

  11. Déréglé temporel Says:

    Oui, c’est bien à Eywa que je pensais. La divinité païenne qui fait frémir l’Osservatore di Roma…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :