Hommage à un historien: Jaume Vicens Vives

C’est le genre de titre que je pourrais être porté à réutiliser, donc autant mettre un chiffre tout de suite, même si je ne compte pas faire plusieurs hommages à la file.

Jaume Vicens Vives, rénovateur de l'historiographie espagnole (1910-1960)

Jaume Vicens Vives, rénovateur de l'historiographie espagnole (1910-1960)

Comme dans ma résidence, il y a une salle de lectures de journaux, que c’est toujours bien pour s’initier à la culture et pratiquer la langue, et que j’aime bien feuilleter le journal le matin, j’y suis passé hier matin après déjeuner. Ils sont abonnés à deux quotidiens nationaux, El País et ABC. Je feuillette rapidement ce dernier avec une certaine curiosité, sans m’y attarder. J’ai déjà eu l’occasion d’en lire quelques éditoriaux à travers le Courrier international. ABC est le journal de la droite espagnol, très conservateur, le ton est souvent vindicatif, sournoisement patriotique et mon nez délicat y est parfois dérangé par de vagues effluves d’arrière-garde franquiste. El País, journal indépendant et plutôt centriste, le journal le plus diffusé d’Espagne, est beaucoup plus intéressant.

Surprise et ravissement, la première page de la section culture est entièrement consacrée à l’historien catalan (et catalaniste), Jaume Vicens Vives (1910-1960). Quel journal québécois consacre une pleine page à un de nos historiens (je veux dire: en dehors des éternelles et fatigantes polémiques sur Lionel Groulx)?

Jaume Vicens i Vives est un historien de la Catalogne (rien de plus normal pour un historien catalan) qui est considéré comme un rénovateur de l’historiographie espagnole. En schématisant (en caricaturant), on peut dire qu’avant lui, les historiens espagnols en étaient encore à un mélange de romantisme et de méthodisme, se partageant principalement en deux courants idéologiques: les libéraux, très critiques de l’histoire espagnole, tâchant de mettre en lumière les erreurs de parcours de leur pays et ses fautes morales, plutôt démocrates et antireligieux, et les conservateurs, patriotes, souvent religieux, adoptant une posture de glorification et de défense de l’Espagne.

Pour sa part, Vicens Vives appartenait à ce courant, déjà très présent en France, qui souhaitait produire une histoire détachée de l’idéologie.

« La nouvelle génération d’historiens n’a pas à respecter aucun hiérarchie, ni à cacher les défauts, ni souligner* les mérites si elle veut contribuer à l’unique histoire de Catalogne qu’on puisse accepter: celle qui se dégage des documents et de l’étude minutieuse des environnements historiques successifs. » -écrivait-il en 1935, soit un an avant le début de la guerre civile.

Cette posture n’était pas facile à tenir dans l’Espagne des premières années du franquisme, et Vicent Vives a choisi d’adopter un pseudonyme (Lorenzo Guillén) pour certains de ses articles.

En 1950, à l’occasion d’un congrès à Paris (1), il trouve parfaitement sa place dans la nouvelle historiographie française et s’en inspire volontiers. Ami de quelques éminents historiens français, notamment March Bloch et Pierre Vilar,  priorité accordée à l’histoire économique et sociale sur l’histoire politique et événementielle, attirance pour la méthode statistique. Son oeuvre d’historien, se situant entre 1937 et 1960, couvre l’ensemble de l’histoire catalane en mettant particulièrement l’accent sur la fin du Moyen Âge et le début du XXe siècle.

Dans les années 1950, la dictature franquiste commençait à se relâcher. La défaite des forces de l’Axe lors de la Deuxième Guerre mondiale l’avait amenée progressivement à s’efforcer de donner un visage plus présentable aux démocraties occidentales dont risquait désormais de dépendre son avenir. Ceux qui ne s’impliquait pas directement en politique jouissaient vers la fin des années 1950 d’une relative liberté intellectuelle, qui facilita la rénovation historiographique déjà amorcée.

Cette rénovation historique, Vicens Vives ne la pratique pas seulement par son oeuvre et la diffusion de celle-ci. Peut-être plus importante encore est son influence à travers sa posture de professeur. Le témoignage de ses élèves dresse le portrait d’un homme à l’écoute de ce qu’ils avaient à dire et stimulant leur réflexion. Or, beaucoup de ses élèves ont été par la suite les continuateurs de son oeuvre, et de la rénovation intellectuelle dont il avait été le précurseur. Par exemple, l’un de ses élèves, l’historien valencien Joan Règla, lui aussi réputé pour être un excellent professeur et pour avoir exercé une forte influence à travers ses élèves, a étudié avec lui à Barcelone pour ensuite propager l’historiographie « à la française » à Valence.

……

*Je ne suis pas certain de la traduction de ce mot.

(1) Ce « Séjour français et parisien, qui était, à l’époque de la deuxième après-guerre, une condition indispensable à la formation d’un historien digne de ce titre. », dixit AGUIRRE ROJAS, Carlos Antonio, L’histoire conquérante, un regard sur l’historiographie française, Paris, L’Harmattan, 2000, p.104

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , ,

6 Réponses to “Hommage à un historien: Jaume Vicens Vives”

  1. Sombre Déréliction Says:

    Excellent texte! En vous remerciant pour cette publication!

  2. Déréglé temporel Says:

    C’est moi qui te remercie. Je ne m’attendais pas à avoir des commentaires sur ce billet. 🙂

  3. Sombre Déréliction Says:

    L’histoire et les historiens m’ont toujours fasciné. En fait j’ai quelque temps rêvé en devenir un moi-même… avant de réaliser que ma relation avec le passé était plutôt émotive qu’intellectuelle!

  4. Déréglé temporel Says:

    Que je te comprends!
    Ma relation avec l’histoire est avant tout intellectuelle, mais l’émotion est loin d’y être étrangère, surtout maintenant.
    La première fois que je me suis penché sur un registre d’archives, avec des pages vieilles de quatre cent ans, j’ai ressenti quelque chose d’indescriptible.
    Et à Valencia, je vois l’histoire partout: dans les orangers, dans les monuments, dans les noms des rues, parfois même dans les marques des produits! Deux rues que j’ai croisées hier: la avenguda de los Germanies et la calle de Perís i Valero ont des noms qui se réfèrent respectivement à une révolte de 1519 et à deux de ses leaders, tous en lien direct avec mon sujet de thèse. Ici à Valence, l’histoire traditionnelle les présente comme des symboles de l’autonomie régionale.
    C’est quand même tout un sentiment de voir son sujet d’étude, en apparence abstrait, se concrétiser dans les détails de la vie de tous les jours, ceux que les natifs d’ici ne voient même plus à force d’habitude.
    Et puis depuis que je suis en Espagne, c’est la première fois que je rencontre des gens ordinaires à qui je n’ai pas besoin d’expliquer ce qu’est un morisque (mais avec une suédoise, il y a eu un amusant quiproquo: elle avait confondu « moriscos » (morisques) avec « mariscos » (fruits de mer)… elle était très surprise qu’on puisse faire l’histoire des… fruits de mer! 🙂

  5. Sombre Déréliction Says:

    Pour les morisques, Wiki m’a comme qui dirait instruit. même mon correcteur ne reconnaît pas le mot!

    Je présume que vous ne pourrez vous empêcher de sourire lorsque vous reviendrez par ici et que vous verrez « Site Historique » en un lieu n’ayant pas 2 siècles d’histoire connue! 😆

  6. Déréglé temporel Says:

    « Pour les morisques, Wiki m’a comme qui dirait instruit. même mon correcteur ne reconnaît pas le mot! »

    Normal, c’est très spécialisé. Moi je n’ai vraiment démêlé maure et morisque qu’à la maîtrise, quand je me suis orienté sur l’histoire morisque.

    « Je présume que vous ne pourrez vous empêcher de sourire lorsque vous reviendrez par ici et que vous verrez « Site Historique » en un lieu n’ayant pas 2 siècles d’histoire connue! 😆 »

    Héhé! Mais bon, dans deux ou trois siècles, ces sites historiques auront l’âge qu’on aujourd’hui les gothiques et baroques (c’est selon…). Faut bien leur donner une chance! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :