En effet, ça pète

Quand j’ai écrit ce billet, « ça va péter », il y a quelques jours, je ne savais pas encore à quel point. Je pensais aux mesclatàs, aux feux d’artifices, à la crèma, bref, aux explosions planifiées et organisées, la fête institutionnalisée. Mais il y a les pétards… pendant les falles, les valenciens semblent devenirs des vrais fous du pétard. On m’en avait parlé, je n’ai pas réalisé…

Mais il y a deux jours, alors que je sortais les poubelles – une excursion hors de mon immeuble, donc, qui ne fut ni lointaine, ni longue – j’ai eu le temps de croiser environ une dizaines de personnes qui s’amusaient à allumer des pétards dans la rue. Il y a pleins de sortes de pétards différents, ceux qui font une grosse détonation unique, ceux qui font une  longue pétarade, ceux qui font un peu de fumée…

Tout à l’heure, en revenant de ce repas au vermouth, je m’étonnais encore du nombre de détonations qui chatouillaient mes oreilles. Je me suis livré à l’exercice suivant, très simple: compter entre chaque détonation et remettre le compteur à zéro chaque fois que j’en entendais une. Mon compte est un peu plus rapide qu’une unité par seconde. Jusqu’à ce que je sois parvenu chez moi, je ne suis jamais arrivé jusqu’à 30. Assez rarement jusqu’à 20. Plusieurs fois, je ne suis même pas arrivé à 10.

Es una locuría

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :