Les difficultés des langues étrangères

Il y a:

Comprendre le prof de langue.

Et puis…

Comprendre une personne normale.

Et puis…

Comprendre une personne qui parle vite.

Comprendre une personne qui parle en argot.

Comprendre une personne qui parle sous le coup de l’émotion.

Comprendre une personne qui parle en riant.

Comprendre différents accents.

Comprendre une personne qui ne s’adresse pas à nous.

Comprendre une conversation de groupe.

Comprendre un enfant qui parle (surtout s’il n’a pas encore toutes ses dents).

Comprendre un vieux qui parle (surtout s’il n’a plus toutes ses dents).

Et…

Comprendre un groupe d’enfants (qui n’ont pas encore toutes leurs dents) et de vieux (qui n’ont plus toutes leurs dents) sous le coup de diverses émotions s’exprimer en riant en argot, rapidement et en différents accents sans jamais s’adresser à nous.

Publicités

Étiquettes : ,

9 Réponses to “Les difficultés des langues étrangères”

  1. Mouma Says:

    Bon exercice 😉

  2. Emma Says:

    C’est tellement vrai !
    Le mieux est de trouver la personne étrangère « normale » ! 🙂

  3. Sombre Déréliction Says:

    haha! Divertissant cet article!

  4. Déréglé temporel Says:

    Merci SD. 🙂

    @Mouma: c’est à la fois un exercice et un examen. Quand on le réussi, on a progressé d’un niveau.

    @Emma: c’est vrai que les étrangers sont souvent les plus faciles à comprendre. Ils rushent, leur grammaire est approximative, mais, en fait, ils parlent comme nous!

  5. Emma Says:

    Très juste votre remarque sur l’examen !
    C’est là où ça ne fonctionne pas en France : nous n’osons pas pratiquer les langues étrangères.
    Or, c’est bien mieux qu’un niveau qui est franchi mais plutôt un vrai lancement pour se conforter dans nos possibilités. Nos enfants sont envoyés faire de brefs séjours à l’étranger et en reviennent en nous expliquant que … tout le monde y parlait français !

  6. Déréglé temporel Says:

    Ça n’a rien de spécifiques aux Français. C’est le problème des voyages en groupe. Le mieux pour apprendre est encore de partir seul.
    Quand j’ai fait mes trois semaines d’étude à Salamanca, le voyage n’a pas été inutile, parce que j’y ai eu droit à plusieurs cours de grammaire (notamment) très profitables. Mais hors des cours, presque tout le monde parlait anglais. Et pour cause: étant des étudiants en espagnol, cela signifiait logiquement qu’aucun de nous n’était vraiment à l’aise en espagnol. À l’opposé, plusieurs étaient très à l’aise en anglais sans compter les Américains et les Anglais. Forcément, la dynamique du groupe voulait qu’on cède à la facilité.

    Ici à Valencia, je fais partie d’un groupe de swinguers, Spirit’s of Saint-Louis. On a fait le compte l’autre jour: il y a près d’une quinzaine de nationalités représentées dans le groupe. Mais tout le monde parle espagnol. Parce que malgré tout, c’est un groupe à majorité espagnole, que certains étrangers sont là depuis longtemps, et que les autres s’adaptent à la majorité. Y compris la Française! 😉

    Si on ne peut pas compter sur l’effet du groupe pour inciter chacun à parler dans la langue voulue, il faut le forcer. Quand j’ai été faire un programme d’immersion en anglais au Nouveau-Brunswick, il y avait dans le groupe une très nette majorité de québécois, évidemment tous francophones. Mais on parlait tous anglais entre nous. Et pour cause: parler volontairement dans une autre langue que l’anglais était passible de renvoie sans remboursement, alors…

    Mais il est très clair, comme tu dis, qu’il vaut toujours mieux oser, en matière de langues étrangères. C’est ce que dit Diego Marani, inventeur de l’europanto

  7. Déréglé temporel Says:

    J’aurais dû ajouter dans les difficultés les suivantes:

    converser au téléphone
    discuter avec deux personnes en deux langues différentes
    et bien sûr
    converser au téléphone avec une personne dans une langue et dans la vie avec une personne dans une autre langue.

    Petit rappel que m’a fait ma coloc qui avait besoin d’un truchement anglophone pour un téléphone en Irlande. Je n’ai pas pris beaucoup de temps avant d’être complètement mélangé, parlant au téléphone en espagnol et à ma coloc en anglais et vice-versa.
    Aaargh!
    (et puis, l’anglais avec un accent irlandais, pff…)

  8. Mouma Says:

    Tout de même, pense un peu à tes origines irlandaises, un peu de respect, que diable!

  9. Déréglé temporel Says:

    faut croire que le gène de l’accent ne s’est pas rendu :S

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :