Du post-apo québécois

Le genre post-apocalyptique n’est pas inconnu au Québec: j’en lisais déjà tout petit, dans les livres de jeunesse-pop. Dans le lot, L’Ombre et le Cheval (déjà évoqué ici) est celui qui m’est le plus demeuré en tête.

Mais la littérature demeure un support fictionnel très permissif, surtout dans ses marges, telles que la littérature jeunesse qui n’a pas à se prendre au sérieux. L’audio-visuel, à savoir le cinéma et la télé, sont beaucoup plus conservateurs, probablement parce qu’ils exigent des investissements importants avant même de voir le produit fini. La web-télé, récemment née, obéit-elle au même schéma? Ça reste à voir.

En attendant, ça m’a quand même surpris de voir du post-apo québécois sur webtélé. Je parle de Temps Mort, qui date quand même de septembre 2009, mais que je n’ai découvert que récemment. Production minimaliste, faible budget et capsules de 5 ou 6 minutes, elle invite le spectateur dans un univers intimiste et désespéré.

Un cataclysme dont on ne sait rien (les personnages non plus d’ailleurs) a éliminé la plus grande partie de la population et fait tomber un hiver sans fin. On fait connaissance avec un survivant, réfugié dans une maison où il a été recueilli (avant que son unique compagnon ne le quitte et que ses hôtes ne meurent), qui vie dans la solitude, en luttant tant bien que mal aussi bien pour survivre que pour garder sa raison à peu près intacte. En dehors des tâches quotidiennes, il dessine et écrit dans un journal. Ces dessins sont utilisés par le réalisateurs pour faire découvrir son univers en peu de temps. Sans que l’histoire soit complètement dépourvue d’invraisemblances, elles sont assez mineures pour être ignorées et se concentrer sur l’ambiance. Car là est la force de la série.

Visionner l’ensemble de l’unique saison de Temps Mort ne prend pas beaucoup de temps. Guère plus que pour visionner un seul épisode d’une série télé normale. La fin est ouverte, au cas où les artistes pourraient reprendre la suite (j’ai peu d’espoir, mais j’aimerais bien). Temps Mort s’avère globalement une expérience probante.

Publicités

2 Réponses to “Du post-apo québécois”

  1. Déréglé temporel Says:

    Ils ont fait une saison 2. Je ne l’ai pas encore visionnée.

  2. Déréglé temporel Says:

    Je les emmerde, ils ont bloqué la diffusion hors du Canada!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :