La moralité sexuelle

Je ne sais pas trop au juste pourquoi j’y ai repensé ce matin, mais je garde un bon souvenir de ce psycho-test et de la conversation qui s’en est ensuivit chez Boboth. Ce sont surtout mes connaissances de France qui y ont répondu à l’époque, et je suis assez curieux de voir ce qu’en répondraient mes autres lecteurs maintenant. Je transcrit donc:

Ce test de personnalité a été mis au point par un expert matrimonial australien qui est un psychologue qualifié.

Pour faire ce test, vous devez donner votre opinion sincère concernant la moralité et l’honnêteté des 4 personnages de notre histoire dans la forêt de Sherwood. Oubliez vos idées préconçues concernant ces personnages : cette histoire est différente de tous les autres récits de Robin des Bois !

L’histoire : » Le Sheriff de Nottingham capture Robin des Bois et Petit-Jean et les emprisonne dans un donjon sous haute surveillance. Plaidant son amour pour Robin, Lady Marianne supplie le Sheriff de les relâcher. Le Sheriff accepte à la condition que Lady Marianne passe une nuit avec lui, ce que Lady Marianne accepte.

Le matin suivant, le Sheriff libère ses prisonniers. Dès sa sortie, Robin demande à Lady Marianne comment elle a pu persuader le Sheriff de les relâcher. Lady Marianne confesse la vérité et est interloquée quand Robin l’insulte, la traite de trainée et lui fait savoir qu’il ne veut plus jamais la revoir.

Entendant cela, Petit-Jean prend la défense de Marianne et propose à cette dernière de quitter avec lui la forêt de Sherwod, lui promettant de lui être dévoué jusqu’à la fin de ses jours. Elle accepte et il s’enfuient. « 

Maintenant, selon une échelle de valeur realiste et actuelle, classez les 4 personnages de cette histoire (Robin des Bois, Lady Marianne, Petit-Jean et le Sheriff) en fonction de leur degré de moralité et d’honnêteté (du plus estimable au moins estimable). Soyez vous-mêmes, il n’y a pas de  » bonne  » réponse.


Ma réponse de l’époque a été Petit-Jean, Marianne, Robin, Shériff, mais dans la conversation j’ai admis que je pouvais interchanger Robin et le Shériff selon les portraits plausibles que je peux m’en faire.

Et vous?

Publicités

Étiquettes : , ,

30 Réponses to “La moralité sexuelle”

  1. Darwin Says:

    MARIANNE, PETIT-JEAN, ROBIN, SHERIFF :

    Mais les deux derniers sont à peu près à égalité.

    Je préfère Marianne à Petit-Jean, parce qu’elle s’oublie pour l’objectif et que Petit-Jean profite quand même de la situation…

    Bon, je n’ai passé des heures à réfléchir, mais c’est ça !

  2. Déréglé temporel Says:

    Je mets Marianne derrière Petit-Jean en raison de l’ambiguïté que je perçois dans la notion de « sacrifice ». À mon sens, il y a une part de trahison de soi dans cette notion, et j’y vois une ambiguïté morale.
    Alors que je ne vois rien à reprocher à Petit-Jean. Son opportunisme ne me gêne pas, parce qu’il fait du bien à tout le monde (et sans doute même à Robin, qui n’aurait probablement pas pu vivre heureux avec Marianne).

  3. Darwin Says:

    «il y a une part de trahison de soi dans cette notion»

    Si jamais j’étais dans la situation de Robin, je remercierais mon amoureuse de me «trahir» !

    Comme il est dit sur le blogue, il n’y a pas de bonne réponse. Le jeu ne fait que ressortir nos valeurs et nos priorités dans ces valeurs. Intéressant !

  4. Déréglé temporel Says:

    « Comme il est dit sur le blogue, il n’y a pas de bonne réponse.  »

    En effet. C’est tout l’intérêt du jeu, de même que de la discussion autour. Pour ma part, j’ai tendance à voir plusieurs portraits plausibles de chaque personnage, et je peux faire varier l’ordre en fonction. Pas beaucoup, remarque. Il n’existe quasiment aucune configuration où je classerais Petit-Jean ou Marianne plus bas que deuxième ou où je classerais le Shériff ou Robin plus haut que troisième.

    « Si jamais j’étais dans la situation de Robin, je remercierais mon amoureuse de me «trahir» ! »

    J’ai parlé de « trahison de soi », et non de « trahison de l’autre ». Ça dépend beaucoup du degré de sacrifice, et c’est assez compliqué à expliquer. J’accorde une valeur morale au fait de se respecter soi-même, et lorsqu’une personne envisage de se « sacrifier » pour quelqu’un d’autre j’en ressent un malaise moral (peut importe la forme du sacrifice d’ailleurs, c’est pas forcément sexuel). Après, ça dépend de l’intensité du geste, de la capacité à le prendre, des choses comme ça.
    Ça fait partie des raisons pour lesquels j’ai tendance à dire de Marianne qu’elle est le plus difficile des personnages à appréhender (pour moi).

  5. Déréglé temporel Says:

    Tiens, c’est le commentaire du test pour ton résultat:

    « MARIANNE, PETIT-JEAN, ROBIN, SHERIFF :

    Nous nous attendons à ce que vous soyez une personne heureuse et équilibrée, qui aime les autres et est appréciée. Vous vous demandez si de nombreuses vues conventionnelles en matière de morale sont valables en toutes circonstances.

    * Hommes : n’y aurait-il pas un côté chevaleresque et idéaliste sous votre sophistication ?
    * Femmes : vous attendez beaucoup de l’homme à qui vous donnez votre amour.
    * »

  6. Darwin Says:

    J’avais vu, pourquoi penses-tu que c’était mon choix ? 😉

    Je blague bien sûr, j’ai choisi avant de regarder. Mais j’étais ravi du résultat, même si je ne suis pas certain d’être comme cela, en tout cas pas à ce point !

    Tu as sûrement vu le tien. La différence correspond quand même assez bien au contenu de nos échanges, même s’il faut prendre cela avec le sourire et un gros, gros grain de sel !

    Vous êtes un romantique à l’esprit plutôt ouvert et raisonnablement heureux. Vous estimez par dessus tout la gentillesse et vous efforcez de vivre selon vos idéaux. Vous ne cachez pas, à vous-même comme aux autres, votre important besoin de sécurité, qui peut être émotionnel ou matériel.

    * Hommes : peut-être avez-vous tendance à idéaliser les femmes et à leur prêter des vertus qu’elles ne possèdent pas.

    * Femmes : vos expériences avec les hommes n’ont pas toujours été heureuses.. peut-être parce que vous espérez un peu trop ?

  7. Darwin Says:

    Oups, je n’avais pas vu ton commentaire précédent.

    «Il n’existe quasiment aucune configuration où je classerais Petit-Jean ou Marianne plus bas que deuxième ou où je classerais le Shériff ou Robin plus haut que troisième.»

    100 % d’accord.

    «lorsqu’une personne envisage de se « sacrifier » pour quelqu’un d’autre j’en ressens un malaise moral»

    Tout dépend pour moi de l’ampleur du sacrifice et de la gravité de la situation qui est ainsi évitée. Et cela dépend aussi de l’ampleur de la perception du sacrifice.

    Pour moi une nuit avec le méchant, c’est dégueulasse, mais ce n’est qu’une nuit. Comparé à un emprisonnement à vie, ou même à une exécution, ce n’est pas comparable. C’est si elle avait voulu se préserver de cette nuit horrible sachant que son amour allait passer sa vie en prison ou être exécuté que je l’aurais trouvée immorale (ou amorale, j’hésite…).

    Bien sûr, si on se dit que Robin se serait de toute façon échappé comme il le faisait toujours à la télé et au cinéma, l’analyse du poids du sacrifice par rapport à la situation évitée changerait énormément ! Mais, je suppose, comme dans la fiction, que Marianne était certaine que c’était la seule possibilité pour qu’il s’en sorte.

    Dernier point : Petit-Jean

    Il a pris la défense de Marianne, même si tu la désapprouves et tu l’appuies. Je ne prétends pas que ce soit contradictoire, mais simplement que cela te dérange moins d’appuyer quelqu’un qui ne partage pas ton malaise moral que la personne à la source de ce malaise.

    Moi, cela ne me dérange pas qu’il l’ait appuyée, car je l’appuie aussi. Comme je n’ai rien à reprocher à Marianne, je la place au premier rang. Le reproche que j’ai contre Petit Jean est minime (petit opportunisme, mais compréhensible dans les circonstances)., mais il y en a un !

    Dans le fond, c’est peut-être vrai que je suis chevaleresque et idéaliste… Mais je me soigne ! 😉

  8. Gabriel Says:

    Marianne, Petit-Jean, Robin, Sheriff.

    Je ne pense pas avoir à développer plus longtemps. Vous l’avez amplement fait.

    Je trouve par ailleurs amusant le lien que le test fait entre le bonheur et le choix que l’on peut faire dans ce test.

  9. Déréglé temporel Says:

    « Il a pris la défense de Marianne, même si tu la désapprouves et tu l’appuies. Je ne prétends pas que ce soit contradictoire, mais simplement que cela te dérange moins d’appuyer quelqu’un qui ne partage pas ton malaise moral que la personne à la source de ce malaise. »

    En fait, je dirais que parce que le malaise moral que j’ai envers Marianne la concerne elle et sa conscience, et je regarde pas les autres. Le manque de reconnaissance de Robin envers elle est totalement dégueulasse, et en cela Petit-Jean a raison de se porter à sa défense.

    @Gabriel: chevaleresque et idéaliste, toi aussi. Ça ne me surprend pas, en fait. 🙂

  10. clopp Says:

    Je dirais Marianne Petit-Jean Shériff et Robin.

    Marianne car elle se sacrifie pour son amoureux et ne balance personne. Elle se fout de Petit-Jean. Elle pense à son petit bonheur. C’est pas fort mais c’est ainsi que fonctionne l’humain.

    Petit-Jean et Shériff sont dans le même sac, des profiteurs d’une situation mais Petit-Jean semble avoir un grain réel pour Marianne.

    Robin en dernier, car c’est un connard idéologique de la pire espèce, qui ne sait pas voir la réalité.

  11. Déréglé temporel Says:

    Salut Clopp!

    « * MARIANNE, PETIT-JEAN, SHERIFF, ROBIN :
    Vous êtes essentiellement une personne heureuse, même si vous vous considérez parfois un peu supérieur. Vous êtes moral selon vos propres critères car vous estimez que la morale varie en fonction des circonstances.

    * Hommes : vous êtes sexuellement désinhibé, plus romantique que vous pouvez apparaître et plus dépendant de l’approbation des autres que vous voulez bien l’admettre. »

    Je savais que sous cette carapace il y avait un coeur tendre! 😉

    Au fait, je ne suis pas sûr, mais je pense que c’est la première fois que tu commentes sur mon blogue. J’en profite donc pour te souhaiter la bienvenue (et si ce n’est pas la première fois, mieux vaut deux fois que pas du tout)!

  12. koval Says:

    Darwin, pareil comme toi!

    MARIANNE, PETIT-JEAN, ROBIN, SHERIFF

  13. koval Says:

    Mais j’avoue qu’après avoir lu Clopp, j’ai quasiment envie de me raviser, c’est vrai que Robin est un connard de première…..

    Bon, je file!

  14. Françoise Says:

    Marianne,Petit Jean,Shériff,Robin,
    1.Marianne m’a semblée de prime abord une victime (prison,amour d’un idiot,objet de convoitise d’un autre)Après réflexion,je la trouve un peu sotte.En connaissant mieux Robin,elle avait deux choix possibles:le sacrifier pour garder son amour de lui pour elle ou taire la vérité.Une femme aussi stupide m’agace et mériterait d’être rétrogradée.Constante en sottise c’est quand même une victime.
    2.Petit Jean est le Saint Bernard un peu opportuniste.Si Marianne se console si vite,quelle est la valeur de ses sentiments?En même temps quelqu’un qui aime et se trompe c’est touchant.Etre consolée est agréable.Ce personnage ambivalent est très intéressant.
    3.Shériff est le méchant de l’histoire.Il est cohérent et révèle aux autres qui ils sont.C’est un personnage constant en méchanceté.
    4.Robin est le « salaud » de l’histoire.Il ne reconnait pas la valeur de l’amour de Marianne.C’est un personnage constant dans son égoïsme.
    Détestable.

  15. Antalgeek Says:

    Par ordre de moralité (« Conduite morale » – « Bonnes intentions ») et d’honnêteté (« désintéressé » – « choix acceptable ») :

    Robin : Comme il n’a pas eu son mot à dire, son orgueil vole en éclat et font de lui le type le plus méprisable de la liste, ce qui n’a rien à voir avec la morale ou l’honnêteté. On imagine juste que son incompréhension tient du fait qu’il aurait préféré rester en prison pour sauver la vertu de sa dame.

    Petit Jean : Compréhensif mais profiteur. Sa conduite et ses intentions sont mi-figue mi-raisin, du coup il n’est pas désintéressé et sa conduite fait de lui un arriviste.

    Marianne : Sa conduite est immorale sous couvert de bonnes intentions (que nous ne pouvons confirmer). Prendre part au marché ne fait pas d’elle quelqu’un d’intègre, et son comportement n’est pas acceptable. Sans compter qu’elle se rabaisse au rang de « femme-objet », ce que je ne peux lui pardonner.

    Sheriff : Beaucoup plus profiteur que Petit-Jean, il est le personnage le plus immoral du fait qu’il utilise son pouvoir pour parvenir à ses fins concupiscentes. Mais en tant que « méchant » avoué, il risque dans cette histoire d’être le moins réprimandable, car même s’il est à l’origine de la faute de Marianne et qu’il la partage, le choix n’était pas de son côté (par contre, quel sadique !).

    Ce qui fait de moi dans la roulette à psy : Vous êtes un moraliste avec des idées conventionnelles que certaines personnes jugeraient vieux-jeu. Vous vous considérez sans doute comme un juste dans un monde très en dessous de vos critères moraux. Vos inhibitions et votre culpabilité sont un obstacle à votre bonheur.

    Ah bah merde, oui. Au détail près que l’inhibition et la culpabilité n’existent que pour les 3 personnages « gentils » (et donc moralistes)… Il suffirait d’être le Sheriff pour vivre méchant mais heureux.

  16. Antalgeek Says:

    En fait, je ne me suis pas autorisé à placer Robin à la fin de ma liste, car son comportement méprisable n’ont rien à voir avec la morale ou l’honnêteté. Par contre, si je m’y autorise, je tombe sous un commentaire psy qui me pardonnerait la « rigidité » conservatrice de ma morale :

    « Vous êtes un réaliste, légèrement romantique. Vous respectez la vérité, êtes ouverts d’esprit et adaptable. Que vous soyez un homme ou une femme, vous êtes probablement une personne heureuse. Vous aimez les gens et ces derniers se font facilement vos amis. Vous n’êtes pas très aventureux mais cela ne vous dérange guère. »

  17. Déréglé temporel Says:

    @koval: Je trouve que les deux profils te correspondent assez (que Robin soit troisième ou dernier). 🙂

    @Antalgeek: je ne sais pas si ce sont des valeurs « conventionnelles », mais c’est un profil assez atypique (non-conventionnel, donc) dans ce petit blogue. Je ne suis pas sûr de comprendre ce que tu dis sur Robin. Tu le ferais passer de la première à la dernière place? Donc de Robin, Petit-Jean, Marianne, Shériff à Petit-Jean, Marianne, Shériff, Robin? c’est assez radical comme changement!
    Pour les profils, comme dit Darwin, c’est évidemment à prendre avec un gros grin de sel. J’aime les ressortir pour taquiner mes lecteurs, mais de là à s’y fier… si comme on nous le dit ce test fut élaboré par un expert qualifié, il faut certainement aussi le passer en compagnie d’un expert qualifié pour lui donner une valeur analytique. En la situation où nous sommes, ça n’est pas plus qu’une psycho-pop prétexte à conversation.

    « Il suffirait d’être le Sheriff pour vivre méchant mais heureux. »
    Je me suis longtemps dit que les salauds devaient avoir une vie simple. Je n’en suis plus convaincu désormais.

    @Françoise: Tout d’abord, je ne pense pas encore te connaître, laisse-moi donc te souhaiter avant tout la bienvenue sur mon blogue.
    Ton jugement des différents personnage me paraît très sévère, il met l’accent sur leurs failles. Mais tu mets assez bien le doigt sur certaines ambiguïtés qui me sont venues à l’esprit sur Marianne. Je ne suis pas sûr par contre qu’on puisse dire que le Shériff est « constant dans sa méchanceté »: après tout, il libère ses prisonniers, il accorde donc de la valeur au respect de la parole donnée.
    En tout cas le test te donne une image de personne bien dans sa peau: « Femmes : vous aimez être une femme, vous comprenez ce qu’est l’amour et appréciez franchement le sexe. » 🙂

  18. Antalgeek Says:

    Disons que soit j’essaie d’être le plus objectif possible et je pense que Robin est le plus moral/honnête, malgré le fait que c’est un beau salaud, soit sa conduite me révolte suffisament et je vois en lui un macho sans foi ni loi qui n’a que faire des sentiments des autres, auxquel cas il passe bon dernier, derrière le Sheriff qui reste passablement honnête en tenant parole.

  19. clopp Says:

    @Antalgeek,

    Robin n’est pas le plus moral/honnête du groupe, il est en prison, il a donc transgressé des lois…sociales ou autres. Il faut oublier la légende de Robin des bois dit-on au début du test.

    Que dirais-tu si Robin était en prison pour avoir tué sa légitime épouse pour hériter de la fortune de sa belle-famille. Ton jugement serait le même?

  20. Déréglé temporel Says:

    Intéressante remarque. Dans la discussion chez Boboth, j’en avais faite une semblable sur le fait que le Shériff a beau tenir parole, il se laisse quand même corrompre pour libérer des prisonniers, ce qui est d’une curieuse « honnêteté ». Il ne m’était pas venu à l’esprit encore de l’étendre à Robin (et Petit-Jean). Mais faut-il à ce point oublier la légende de Robin des Bois?
    Quoiqu’il en soit, il vaut sans doute mieux ne pas trop ajouter d’éléments fictifs à cette histoire et se concentrer sur ceux qui nous sont donnés. Les motifs pour lesquels Robin et Petit-Jean se retrouvent en prison ne sont pas précisés, on peut donc supposer qu’ils ne nous sont pas proposés comme éléments pertinents à notre jugement moral.

  21. Françoise Says:

    Shériff a en effet tenu parole.Cela m’a après réflexion semblé presque un critère à charge.J’ai pensé que la considération morale qui consiste à se croire un type bien justifie parfois les pires bassesses.Les nazis étaient parfois de très bons pères de famille (voir le film Music Box) ou la phrase biblique « A faire l’ange on fait la bête »Le souci de la pureté morale jouxte les pires intégrismes. Cependant,j’ai fait l’erreur grossière de voir le côté esthétique plutôt que la qualité morale du personnage.Dans une histoire le méchant met en relief le beau et le bon comme la nuit noire révèle la clarté des étoiles.C’est mon petit côté littéraire et esthète.

    Robin me déplaît car il n’est pas fidèle à l’amour reçu.Même mort cet amour ne mérite pas les insultes.Il manque à la mémoire du passé,à son histoire.Pour moi c’est grave.C’est mon petit côté historienne.

    Marianne préfère la vérité à l’amour.C’est toujours le choix à faire si on aime vraiment.Le mensonge ne vaut que momentanément:douceur plutôt que violence surtout si on ne vous demande rien.Robin demande cependant la vérité :il faut donc la lui dire.L’amour est premier en valeur et second dans l’être qui est la vérité.Aucune vertu ne saurait s’en passer pas même l’amour.elle est donc vertueuse au titre de la vérité et cela me plaît chez elle.C’est mon côté philosophe amateur.
    Salutations.

  22. Déréglé temporel Says:

    ah, tu as un côté historienne? va falloir que j’arrête de dire des niaiseries dans mes billets historiques, désormais, y’a une pro pour me surveiller! 😛

    Ou bien cette tripartition – littéraire, historienne, philosophe amateur – est-elle un reflet de ce que je produis sur ce blogue? 😉

  23. Françoise Says:

    Quelques années d’enseignement en secondaire ne font pas une historienne mais juste une enseignante.
    Aucune niaiserie en vue sur votre blog mais je surveille…
    Cette tripartition correspond à ma sensibilité d’où mon intérêt pour ce que vous écrivez.
    Salutations

  24. Déréglé temporel Says:

    Content que ça vous plaise. Je vais essayer d’éviter les F 😉

  25. soeurette Says:

    Eh bien moi, à la place de Robin, c’est quand Marianne part avec Petit-Jean que je la traiterait de trainée!

  26. Déréglé temporel Says:

    J’imagine qu’il ne s’en est pas privé. Mais s’il ne la traite pas de traîné après l’histoire avec le Shériff, elle ne part pas avec Petit-Jean 😉

  27. soeurette Says:

    C’est ce que je m’étais dit aussi. Alors, peut-etre qu’il la traite de trainée d’avance! 😛

  28. Claude Says:

    C’est avec intérêt et surprise que j’assiste à votre long débat. Loin de vouloir vous offenser, bien au contraire, j’ai l’impression d’être en plein XVIIème siècle alors que les jésuites se régalaient de casuistique. Il est, somme toute, réconfortant de voir qu’au XXIème siècle la morale tienne encore une si grande importance. Pour ma part, je me demande simplement, si la bonne intention efface ou excuse la faute. Difficile d’y répondre, chacun vivant avec sa propre conscience.
    Maintenant, je demanderai à Françoise de me rassurer. Vous parlez de la phrase biblique « A faire l’ange, on fait la bête ». Je croyais que cette sentence appartenait à Blaise Pascal, mais je dois avouer que je n’ai pas lu la Bible in extenso.
    Claude

  29. Déréglé temporel Says:

    Merci, Claude.
    Je suis assez content de ce petit débat, moi aussi.

    Jésuite du XVIIe siècle? mmmm… je suppose que ça vaut mieux que franciscain! 😛 mais naan, il n’y a pas d’offense. Dans la tranche XVIe-XVIIe siècle, les Jésuites sont probablement l’ordre pour lequel j’ai le plus de respect.
    Je dirais que dans notre débat, toutefois, se distingue un trait tout particulier. Les Jésuites se plaçaient dans une perspective absolue, et les débats casuistiques de l’époque visait ultimement à appliquer les conclusions à tout le monde. Ici, cela se place dans une perspective introspective où nous sommes invités à nous interroger sur nos valeurs propres.

    Comme vous le dites, chacun vie avec sa propre conscience. 🙂

  30. Françoise Says:

    A Claude:merci pour le rectificatif:la sentence est bien de Blaise Pascal.
    « A faire la maligne,je fais l’ignare »
    Ma reconnaissance à Déréglé temporel de nous proposer une réflexion sur la vérité,l’amour,le bien,le mal… qui sont de vrais questions intemporelles.
    Salutations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :