La Vie en espagnol

Je l’avais déjà vu et l’avais déjà commenté. En deux ans, il est probable que le spectacle ait connu des ajustements, mais ils sont globalement mineurs. En tout cas, je n’ai rien remarqué en ce qui concerne les numéros. Bien sûr, le temps a eu son effet sur ma mémoire, et j’ai pu me laisser surprendre à plusieurs reprises.

Les gros changements, donc, se retrouvent dans la traduction. Il a dû y avoir un gros travail à faire de ce côté. Des 7 doigts de la main, j’ai vu trois spectacles: Traces (par la deuxième distribution), La Vie et Psy. Au pôle opposé d’un Traces quasiment muet, La Vie est celui des trois qui fait la plus grande part au théâtre et au langage parlé, principalement à travers le maître de piste incarné par Sébastien Soldevila. Heureusement pour les représentations madrilènes, ce dernier parle un excellent espagnol; on entend aussi bien son accent français en espagnol qu’en français, mais cela ne nuit guère à la compréhension de son discours, bien qu’en plusieurs occasions, surtout lorsqu’il doit dire quelques mots très brefs (« bon, bon, bon », « très bien », des petits trucs comme ça), il en reste au français.

Tout spectacle en tournée doit faire face à un défi d’adaptation. Dans ce cas-ci, il faut par exemple remplacer les blagues sur le Canadien de Montréal par des blagues sur le Real Madrid. Le passage à une langue étrangère impose quelques défis particuliers. Dans la version que j’ai vu à Montréal, il y avait une petite tirade en espagnol (j’ai été l’une des trois personnes dans la salle à rire la blague); je m’en rappelle encore et je me demandais ce qu’ils en feraient – la maintenir en espagnol ou la traduire en français? réponse: coupée au montage! En revanche, Soldevila se permet plusieurs blagues en français, y compris « ah, il y a des français dans la salle qui l’ont compris, celle-là! » et « J’adore parler en français à Madrid. » Quant à moi, j’ai noté que la proportion du public madrilène maîtrisant le français semble nettement supérieure à celle du public montréalais maîtrisant l’espagnol.

Les autres personnages ont des interventions orales généralement plus réduites, dans lesquelles ils s’en sortent plutôt bien. C’est l’interprète de l’hôtesse de l’air qui a le défi le plus dur. Malgré un fort accent, cela se comprends bien, et quand c’est plus dur, le maître de piste peut toujours, en parfait accord avec le caractère de son personnage, rattraper le coup en se moquant de son accent. Dans l’ensemble, il est beaucoup plus important de préserver l’ambiance que le détail des répliques.

Quant aux numéros, qu’en dire, sinon que je suis toujours sous le charme, et que je ne suis pas le seul dans ce cas?

Voici le lien d’une critique du journal El Pais, qui n’exprime comme seul regret qu’il eût préféré une salle plus réduite que le Teatro Circo Price, pour une ambiance plus intime.

Publicités

Étiquettes : , ,

2 Réponses to “La Vie en espagnol”

  1. Claude Says:

    Vous venez de vivre une expérience intéressante. Voir le même spectacle dans des langues différente et surtout comparer l’adaptation d’un pays à l’autre.
    C’était une bonne idée de mettre un lien avec l’article de El Pais. À propos, l’auteur mentionne Adam Kuchler à la place de Patrick Léonard, certainement une erreur. Est-ce que l’acrobate aérienne était bien Évelyne Allard ou plutôt Héloïse Bourgeois?
    Au plaisir de vous rencontrer un jour à la Tohu.
    Claude
    P.S. Lundi dernier, j’ai revu avec plaisir le duo Rosalie et David lors de la présentation du deuxième Festival de Montréal à la Tohu.

  2. Déréglé temporel Says:

    Je n’ai plus le programme en main, mais je suis pas mal sûr que sur le programme du Teatro Circo Price, c’est le nom de Patrick Léonard qui apparaissait dans les artistes. Pour l’acrobate aérienne, je ne sais plus. Ils l’appelaient aussi Patrick Léonard dans le spectacle. Je ne suis pas assez familier (ni physionomies) avec eux pour les reconnaître au premier coup d’oeil (sauf sans doute Sébastien Soldevila). J’ai essayé de vérifier sur le site du Price, mais leur serveur semble connaître quelques difficultés en ce moment.

    Rosalie et Louis-David seront sûrement content de savoir que leur numéro vous plaît toujours autant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :