L’éducation et l’économie

Ce billet traînait dans mes archives depuis un moment. Après quelques corrections mineures, je le publie donc maintenant. Le contexte a un peu changé: à l’époque où j’en ai jeté les bases, la grève étudiante était encore en cours; maintenant, la question universitaire n’est pas réglée, mais se discute dans le cadre du sommet sur l’université (un sommet que je regarde avec méfiance, car son caractère précipité me semble incompatible avec une réflexion approfondie dont nous avons cependant un besoin criant).

À suivre de loin les discours de chacun des partis en présence sur la question du rôle de l’université, on croirait assister à un affrontement entre deux conception de l’éducation, l’une qui cherche à mettre l’Université au service de l’économie, l’autre qui cherche à détacher la première de la seconde, ne réservant à cette dernière que le rôle de financer inconditionnellement la première. Cette analyse me paraît, en grande partie, être un mythe.

À présenter les choses ainsi, nous perdons de vue qu’il y a plusieurs manières d’articuler éducation et économie. Or, si on dresse le modèle scandinave en exemple à suivre – du côté étudiant – on accepte un système universitaire dont l’une des caractéristiques fondamentale est son efficacité à servir l’économie de son pays.

Le système scandinave, en effet, jumelle la gratuité scolaire à la facilité du licenciement des employés, le soutien par l’État des études des jeunes étudiants, mais aussi des travailleurs au chômage [1]. Un tel système privilégie une facile reconversion des travailleurs d’un secteur vers l’autre, permettant ainsi de lutter contre le chômage structurel en renouvelant les compétences de la main-d’oeuvre. Le travailleur dont les compétences sont inadéquates dans un secteur est alors poussé à des réorientations jusqu’à ce qu’il trouve sa place au sein du système économique.

Ce système est, à n’en pas douter, une manière de mettre l’Université au service de l’économie. Mais il présente aussi deux caractéristiques: (1) l’économie y est envisagée sous l’angle social et national; (2) l’Université est mise au service de l’économie sans être soumise à la logique du marché.

Le système universitaire anglo-saxon, modèle de la réforme Charest, est une autre forme d’articulation entre économie et université. Il s’agit ici de faire de l’université une entreprise comme les autres. Cela signifie que: (1) la recherche produite par l’université doit être faite en fonction d’objectifs de rentabilité ou en fonction du bon plaisir du mécénat; (2) les étudiants ne sont plus considérés comme des membres de l’université, mais comme sa clientèle, ce qui implique qu’ils doivent payer pour le service offert. L’investissement initial consenti par l’étudiant (c’est ainsi qu’on qualifie les frais de scolarité) étant une source de revenus pour l’université où il s’inscrit, le taux de diplomation y devient un argument de vente pour attirer davantage d’étudiants; l’université a alors intérêt à tout faire pour booster ce taux. Cela revient donc à soumettre l’institution universitaire à la logique du marché.

Ce système établit une coupure entre l’étudiant et sa fonction sociale: l’université n’y est pas redevable à la société de ce qui sort de ses classes.

Dans ces conditions, on voit mieux pourquoi les ajustements à l’aide financière aux études sont insatisfaisants. Car ils ne sont pas une mesure de justice sociale. Au mieux, il s’agit d’une béquille pour mieux faire accepter qu’on impose un frein considérable à la poursuite des études. La possibilité de reconversion du travailleur est minimale, puisque celui-ci s’endettera à chaque retour aux études.

Une université qui est soumise aux logiques du marché (« marchandisée ») n’a pas la possibilité d’agir comme régulateur du marché. C’est l’une des leçon que je retiens de la comparaison entre les deux systèmes.

[1] cette description se base sur les résumés gracieusement faits par un ami qui a étudié ce système cet été. L’analyse qui suit relève de mes réflexions sur cette description.

Publicités

Étiquettes : ,

3 Réponses to “L’éducation et l’économie”

  1. Darwin Says:

    Tout à fait d’accord avec la distinction que tu fais en écrivant «l’Université est mise au service de l’économie sans être soumise à la logique du marché»

    En plus, tu sembles pendre le mot «économie» dans son sens global, pas dans la perception limitée que nous en donnent les promoteurs de l’économisme (entre autres par la soumission à la logique du marché).

  2. Déréglé temporel Says:

    J’ai l’économisme en horreur 😉

  3. Darwin Says:

    Idem.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :